Musique

Tony Allen & Jeff Mills

| Musique | Electro / DJ Set | Musiques du monde / traditionnelles

Tony Allen & Jeff Mills, un concert entre Afrique et électro, à découvrir le 13 février 2020 à l'Alhambra, Genève, dans le cadre d'Antigel.

Quand deux pionniers décident d'unir leurs forces, ça donne une collaboration explosive, un miracle rythmique, et l'invention d'un style à nul autre pareil.

Le premier, force aux ancien·ne·s, est le père de l'afrobeat. Il tente parfois de s'en défendre du haut des 79 ans et de sa jeunesse éternelle, mais Fela l'a lui-même adoubé («sans Tony Allen, il n'y aurait pas d'afrobeat») et Brian Eno l'a élu plus grand batteur de l'histoire. Sa signature rythmique est inimitable, faite de délicatesse déchaînée et de douceur envoûtante.

Le second, Jeff Mills, s'est lui aussi posé dans la légende bien avant ses 56 ans: celle d'un producteur compositeur hors normes de Detroit, l'un des plus inventifs de l'histoire de la techno (Final cut, avant d'être un logiciel, c'était surtout une machine à faire danser au bout de la transe à la fin des années 80).

Ensemble, les deux hommes ont sorti l'an dernier l'album Tomorrows Comes The Harvest. «On travaille ensemble pour produire quelque chose de plus grand que nous deux», en disait Jeff Mills. Bien vu: chacun amène sa touche pour un mélange de mélodies, de boucles synthétiques et de rythmes qui nous font voyager en planeur virtuose. Avec la certitude de nous percher encore plus haut en live.


Voir les infos pratiques

Sous le signe de Stravinsky et sa puissance expressive


Sous le signe de Stravinsky et sa puissance expressive

Threni est considérée comme l’œuvre religieuse la plus grandiose de Stravinski. Fort peu jouée, et toutefois monumentale par sa polyphonie, son utilisation aux couleurs incroyablement variées de chœurs mixtes spectaculaires, sa composition virtuose. L’Orchestre & Chœur de Chambre de la HEM interprète cette composition méconnue le 4 mars 2020 au Victoria Hall, Genève.

Rendez-vous avec des désastres


Rendez-vous avec des désastres

Mardi 3 mars, au Bâtiment des Forces Motrices, L’Orchestre de Chambre de Genève (L’OCG) interprète Richard Strauss et Ludwig van Beethoven, sous la direction de Gergely Madaras. Le jeune chef d’orchestre hongrois n’est pas un inconnu à Genève. Il dirige cette fois-ci deux chefs-d’oeuvres héroïques et tragiques.

 

Où sont passées les luttes d’antan?


Où sont passées les luttes d’antan?

Que reste-il de la révolution? Avec Manifesto(ns)! un corpus de textes a été confié à Sarah Calcine et Joséphine de Weck, avec mission d’en faire des spectacles. Elles ont cherché des résonances et réalisé deux montages qui se répondraient d’autant mieux qu’ils seraient différents. Leurs réponses composent avec la nostalgie, la tendresse, l’humour. A découvrir du 17 février au 1er mars au POCHE.

Face à Moloch (au bureau)


Face à Moloch (au bureau)

Du 18 février au 1 mars, le Théâtre du Loup invite à se plonger dans l’enfer du travail. Pour rire. Avec Je préférerais mieux pas, l’auteur Rémi de Vos et le metteur en scène Joan Mompart mettent le doigt sur les ravages du soft-power au troisième millénaire.

LEPROGRAMME.CH EST SUR FACEBOOK


leprogramme.ch - facebook
leprogramme.ch - twitter

Les réseaux sociaux, nous on s’en sert pour vous offrir des places de spectacles ! A la Comédie de Genève, au Loup, au Poche, au Théâtre Am Stram Gram, à l’ADC...

Elektrik - TFMDés-espoir - L'OCG