Publié le 23/12/2015 à 16:49

Voix de Fête, l’Afrique au top

Pour ses 18 ans, Voix de Fête emmène l’Afrique en haut de l’affiche.

 


Boosté par son succès de l’an passé, Voix de fête voit grand pour ses dix-huit ans. Du 16 au 20 mars, sa 18ème édition fera la part belle à l’Afrique francophone. En haut de l’affiche, l’étoile du Mali, Rokia Traoré, s’engage auprès de ce festival «franco-responsable» aux côtés de nombreux artistes africains à l’occasion de la Journée internationale de la Francophonie. Mais Voix de fête, c’est aussi un florilège de rappeurs, rockers ou tendres poètes qui vous embarqueront dans leurs univers musicaux éclectiques. Du rap poétique de Jonas au rock sombre d’Antoine Corriveau, on savourera l’audace de la Suisse ou les découvertes du Québec. Au rendez-vous aussi, les fidèles Arthur H, Bertrand Belin ou Mathieu Boogaerts. Ça se passera au Chat Noir, au Casino-Théâtre et la Salle Communale de Plainpalais, lieu central du festival. Sans compter la quinzaine de bars de Genève fédérés autour du off proposant une vingtaine de concerts au chapeau dès le 9 mars. Morceaux choisis.

 

 

Voix de fête 2016? Un sacré cru qui emmène l’Afrique en haut de l’affiche, annoncent son directeur artistique Roland Le Blevennec, aux côtés de Priscille Alber et Guillaume Noyé. Le Festival genevois et «franco-responsable» ne se contente pas de brosser large, en créant désormais des soirées par types d’univers musicaux, de la mélodie à texte à un rap plus musclé, en passant par du rock ténébreux. Il renforce aussi ses actions socio-culturelles tous azimuts, continue d’utiliser ses gobelets recyclables, et boosté par le succès de l’an passé, ne procède pas tout à fait comme à l’accoutumée. «Cela fait des années que le festival voulait mettre quelqu’un à l’honneur. Cette édition, c’est chose faite», s’enthousiasme Roland Le Blevennec. D’où l’ouverture de la Salle de Plainpalais, lieu central du festival, le dimanche 20 mars, pour «se caler sur» la Journée internationale de la Francophonie. Parmi les invités de cette soirée francophone portant un regard sur l’Afrique, Kara Sylla Ka, jeune danseur du Ballet de Dakar, installé à Genève, et Rokia Traoré, grande artiste du Mali, femme engagée venant soutenir «Une Chanson pour l’éducation». Pour défendre ce projet lancé par la Compagnie Zappar et l’ONG suisse Enfants du monde, Alif Naaba, Dicko Fils, Maï Lingani et Patrick Kabré, des parrains venus du Burkina Faso, mettront aussi leur voix à contribution tout au long de la journée. Au final, un grand spectacle avec seize artistes sur scène radiodiffusé en Suisse et au Burkina, ou la rencontre avec plus de trois cents cinquante élèves du primaire.

 

Ambiance «découvertes»

Voix de fêtes, c’est aussi depuis dix-huit ans une histoire de coups de cœur. «On invite que des artistes qu’on aime bien, comme Vianney, ou Bertrand Belin qu’on suit depuis toujours et qu’on a dû connaître en short et culottes courtes avec des sandales», plaisante Roland Le Blevennec. Bertrand Belin vient de sortir un magnifique album. «Pour moi, c’est un grand, et un jour viendra où il sera très grand.» Parmi les artistes soutenus de longue date, Arthur H revient avec son nouvel album réalisé au Canada. Le Canada, c’est aussi la terre d’où provient Antoine Corriveau, parmi les «découvertes» de cette édition. A ne pas louper pour ses textes et son rock sombres. «La base de ce festival est quand même de venir voir des artistes que vous connaîtrez mieux un jour», blague encore Roland Le Blevennec. Le rock poétique et énergique de Jérémie Bossone, jeune Français ayant reçu le Coup de cœur de l’Académie Charles Cros, en fait partie.

 

 

Soirée hip hop

Voix de fête ne serait pas non plus en liesse sans ses rappeurs un peu fous, comme le bien nommé Hippocampe Fou, à découvrir au Chat Noir. Sur la Scène de Pitoëff le vendredi 18 mars, on savourera le rap poétique de Jonas, membre fondateur du groupe genevois Duo, dans une veine fusion-jazz-world-hip hop. Artiste dont on déguste encore le «Petit Carré» de chocolat, titre engagé sur l’exploitation des enfants alimentant une industrie pas toujours ragoûtante. Moins poétique et plus «dirty», Vald, ovni de Seine-Saint-Denis, débarquera sur la grande scène de la Maison communale de Plainpalais. Cet ancien ingénieur du son passé par les mathématiques a façonné de toutes pièces son personnage irrévérencieux et ironique. Ames sensibles s’abstenir, prévient-on. La soirée se poursuivra avec le rap underground français de Jazzy Bazz, avant Deluxe et son «cabaret hip hop soul» dans une mise en scène folle. Pendant ce temps, Air Box explorera un hip hop groove à la Guingette. Une soirée truffée de déclinaisons latines, africaines et jamaïcaines proposées par deux beat boxers, un accordéoniste et un chanteur guitariste.

Le même soir au Casino-Théâtre, on flirtera avec des artistes québecois hors des sentiers battus comme Philippe Brach, ou encore avec la Suisso-Belge Stéphanie Blanchoud, avant Jérémie Kisling. A noter aussi que le hip hop n’aura pas le monopole au Chat Noir, qui accueille du rock et de l’electro avec des «découvertes» françaises et helvétiques. Côté suisse, on note la présence de Pierre Lautomne, artiste genevois avec en première partie la française d’Annemasse Nyna Loren, ou Le Roi Angus, du label genevois Cheptel Records le mercredi 16 mars.

 

Folle soirée le samedi

Le samedi, il y aura Sage comme des sauvages, duo belge détonnant, La Grande Sophie que Voix de fête suit aussi depuis des années, tout comme Luce et Mathieu Boogaerts, qui faisait la première tête d’affiche du festival il y a dix-huit ans. On compte également sur l’irrévérencieuse GiedRé ou le poète fou-furieux David Lafore pour pimenter le tout. Bref, une soirée du samedi un peu folle, annoncent encore les organisateurs. Sans oublier la Genevoise Nour avant Alexis HK autour de Brassens avec «Georges et moi».

Un petit avant goût d’un festival foisonnant qui ne s’en tient pas qu’à ses grandes scènes. Au programme aussi des escapades dans le Grand Genève avec La Grande Gynandre, un brunch musical au Théâtre de Carouge, des visites des backstages, etc. Sans oublier son festival off, Bars en fête, qui démarre dès le 9 mars avec vingt-quatre concerts au chapeau dans quatorze bistrots genevois. Voix de fête vous prend au mot.

 

Cécile Dalla Torre

 

Festival Voix de fête, divers lieux dans Genève du 16 au 20 mars 2016.

Jusqu’au 31 décembre 2015, Voix de fête vous propose le pass 5 jours du festival + le t-shirt officiel en cadeau au tarif de 70 francs (90 CHF dès le 1er janvier 2016)

Renseignements et prélocations sur la billetterie en ligne du festival www.voixdefete.com

Tous nos articles
Le Silence et la Peur - TFMLaborieuse entreprise - Les AmisOu est ma maison 2 - Comédie