Publié le 13/12/2017 à 13:04

Un classique en musique: La Chèvre de M. Seguin

«Les jeunes enfants ne craignent pas du tout les musiques très contemporaines. Ce sont les adultes que cela rebute!»

 

Sous le charmant nom des "Quatre Heures d’Arie" sont regroupés des concerts de L’Orchestre de Chambre de Genève toujours originaux, s’adressant aux amateurs de musique en herbe et leurs parents. Le premier de la saison sera consacré à la nouvelle du français Alphonse Daudet, La Chèvre de Monsieur Seguin les 21, 22 et 23 décembre 2017 au Studio Ernest-Ansermet. On connait la belle mais tragique histoire de la jeune et fougueuse chèvre de Monsieur Seguin qui se refuse à vivre dans une clôture et décide plutôt de passer sa (courte) vie dans la montagne, libre. C’est ce classique que deux institutions genevoises, L’OCG et le Fanfareduloup Orchestra en collaboration avec Jacques Probst dans le rôle du conteur, vous proposent de redécouvrir, en musique bien sûr! Les orchestres s’allient pour quatre représentations d’une composition originale du Fanfareduloup Orchestra.

Arie van Beek est le directeur artistique et musical de L’Orchestre de Chambre de Genève ainsi que son chef d’orchestre. Il nous parle de ce concert.

 

Vous êtes à l’origine des concerts regroupés sous le nom des "Quatre Heures d’Arie", pouvez-vous nous en rappeler le principe?

Les Quatre Heures d’Arie est une forme de concerts un peu différente du reste du programme de L’Orchestre de Chambre de Genève. Le répertoire est prévu spécialement pour des familles avec de jeunes enfants et les représentations ne dépassent pas une heure de temps au maximum. Très souvent, L’OCG a présenté dans ce cadre des concerts en lien avec une autre discipline artistique. Nous avons par exemple joué avec un ballet d’enfants, présenté un concert avec des marionnettistes ou encore été accompagnés d’un film. En cette fin d’année, nous avons programmé quatre représentations musicales de La Chèvre de Monsieur Seguin avec le Fanfareduloup Orchestra.

Avec l’Orchestre d’Auvergne j’avais déjà organisé des concerts un peu particuliers qui duraient trente minutes, étaient gratuits et joués dans des lieux en plein centre-ville pour être accessibles. Cela a eu un succès fou. Ce type d’évènement permet de toucher un autre public ce qui est aussi le but des Quatre Heures. Ces concerts de L’OCG ont habituellement lieu les samedis à quatre heures (Ndlr: ce samedi 23 décembre à 16h00 et 17h30). C’est l’occasion pour les familles d’amener leurs enfants qui sont, nous l’espérons, notre futur public. Nous voulons nous adresser à eux. Ce concept implique de tout changer pour nous: le répertoire, l’atmosphère…

 

Quelle est le rôle d’une institution comme L’OCG vis-à-vis de la population très diverse de Genève?

Un orchestre peut être vu comme un musée qui possède une collection permanente. Cet aspect est représenté par nos concerts habituels dont le noyau du répertoire va de Mozart à Haydn et comprend les classiques, les jeunes romantiques et le XXème siècle. Mais chaque musée offre aussi des expositions temporaires avec une thématique spéciale qu’il présente durant un mois ou deux avant de changer une nouvelle fois. Un orchestre marche aussi comme cela. Récemment, nous avons présenté un concert de Noël intitulé Abba Symphonique par exemple ou encore un mini-opéra avec et pour enfants. Un orchestre se doit de jouer plusieurs types de concerts et pas dans un lieu unique, il doit se déplacer, aller à la rencontre de son public. C’est pour cela que nous avons aussi déjà joué dans le Cirque de Noël à Plainpalais.

 

Que dire de la partition originale composée d’après la nouvelle d’Alphonse Daudet?

C’est pour L’OCG le deuxième projet mené en collaboration avec le Fanfareduloup Orchestra. Tous leurs musiciens sont aussi des compositeurs et ce sont eux qui ont écrit la musique pour cet évènement en collaboration avec notre orchestre. Ils l’ont aussi arrangée pour ce concert car leur composition originale était prévue pour une pièce de théâtre créée en 2002 au Théâtre du Loup. Le résultat est un mélange entre plusieurs styles. Le Fanfareduloup Orchestra est orienté vers le jazz alors que nous sommes nettement classiques. Nous entendons cela dans leur arrangement qui mêle le swing et le classique, c’est très spécial.

 

 

De quelle manière s’inscrit ce concert contemporain dans votre répertoire?

Il faudrait plutôt parler de musique populaire car ce n’est pas du contemporain pur et dur. Il ne s’agit pas de musique savante, au contraire, c’est une composition très accessible. En proposant ce type de concert, nous prenons en compte la variété de notre public. D’ailleurs, les jeunes enfants, entre quatre et six ans, ne craignent pas du tout les musiques très contemporaines. Ce sont les adultes que cela rebute! (rires).

 

Mettre un récit comme La Chèvre de Monsieur Seguin en musique, cela fait penser à Pierre et le Loup

Oui et nous l’avons aussi joué. La différence est qu’ici la musique sera une illustration de l’histoire et pas, comme dans Pierre et le Loup, une musique concertante où un instrument symbolise un personnage.

 

Comment s’articulent les interventions du narrateur, Jacques Probst?

Il raconte vraiment l’histoire telle que nous la lisons, c’est un narrateur au sens propre. Par moments, il parle seul dans le silence des orchestres, après l’ouverture par exemple. D’autres fois, il récite en même temps que la musique. C’est le même schéma que pour Pierre et le Loup ou encore The Young Person's Guide to the Orchestra de Benjamin Britten.

 

Au niveau de l’ambiance de ces concerts, qu’est-ce que cela donne lorsque le Fanfareduloup Orchestra et L’OCG se retrouvent sur scène?

Souvent, les musiciens jazz sont plus cool que les musiciens classiques (rires) mais le mélange est super! Pour les deux groupes, c’est une expérience. Et c’est plutôt rare pour chaque formation de jouer avec l’autre. Par ailleurs, eux ne jouent jamais avec un chef d’orchestre, je ne compte pas la musique mais ils n’ont tout de même pas l’habitude que quelqu’un agite les bras devant eux (rires). Cela change un peu pour tout le monde mais tout se passe très bien.

 

Propos recueillis par Jessica Mondego

 

Quatre heures d'Arie n°1: La Chèvre de Monsieur Seguin, une composition du Fanfareduloup Orchestra pour orchestre et narrateur à découvrir en famille dès 5 ans au Studio Ernest-Ansermet à Genève du 21 et 23 décembre.

Avec L’Orchestre de Chambre de Genève et le Fanfareduloup Orchestra sous la direction de Arie van Beek.
Jacques Probst, narration.

Renseignements et réservations au +41.22.807.17.90 ou sur le site de l'orchestre www.locg.ch

Ville de Genève - Orchestre de la Suisse Romande