Saison tutti frutti à Plan-les-Ouates

«Notre credo est celui du "bien vivre dans sa commune" et cela demande de créer un réel dynamisme dans l’offre culturelle que nous proposons à la population»

 

Entre La Julienne et l’Espace Vélodrome, pas moins de quinze propositions composent la saison culturelle 2017/18 de la commune de Plan-les-Ouates. Conçue pour tous les publics, le menu réjouira les plus fins palais, faisant la part belle au rire et à la détente sans négliger la réflexion. Entre danse, théâtre et concert, têtes d’affiches et jeunes talents, plusieurs rendez-vous s’adressent aux bambins, à qui la commune prête une attention toute particulière. Le point avec Pascal Mabut, coresponsable du service culturel de Plan-les-Ouates depuis sept ans.

 

Si vous deviez décrire la saison culturelle de Plan-les-Ouates en quelques mots?

C’est une saison tous publics. Nous avons de la danse comme des spectacles pour la jeunesse, du théâtre et de la musique. Souvent nous incluons encore du cirque, mais pas cette année. Peut-être jalonnera-t-il d’autres événements prévus dans la commune cette année? Notre credo est celui du "bien vivre dans sa commune" et cela demande de créer un réel dynamisme dans l’offre culturelle que nous proposons à la population, tant dans les espaces que dans les propositions.

Notre mission est aussi celle de participer à la construction du Grand Genève avec nos voisins proches en créant des collaborations avec des festivals. Qu’ils soient du canton comme La Bâtie – Festival de Genève, avec qui nous présentons en ouverture de saison So you can feel de l’outrancier chorégraphe Pieter Ampe, ou transfrontaliers, comme Couleurs d’enfance notamment, initié à Saint-Julien-en-Genevois.

 

Suivant quels axes développez-vous la programmation? Avez-vous des instructions ou des quotas à respecter?

Mon magistrat me demande de favoriser plutôt l’humour, sans qu’il n’y ait que des one-man shows, mais en programmant plus de comédie dans le théâtre par exemple, tout en restant libre de choix dans les thématiques. Je veille d’une certaine manière à ce que les genres représentés soient équilibrés, mais la composition d’une saison culturelle est souvent le fruit du hasard des agendas de chacun. Ce que je recherche le plus dans les spectacles que je choisis, c’est qu’ils aient un univers populaire mais de qualité.

 

Une attention toute particulière est portée au jeune public, à qui, en plus des quatre spectacles de la saison, un festival de conte est consacré à la fin du mois d’avril.

Je tiens à préciser que le festival La Cour des Contes n’est pas réservé aux enfants, mais saviez-vous que Plan-les-Ouates est la commune dont la population est une des plus jeunes de Suisse? Le service culturel a aussi pour mission d’organiser des représentations scolaires et il se doit d’avoir un regard tout particulier pour les enfants et plus largement les familles. Cette année les enfants dès trois ans pourront assister à un spectacle musical et très poétique de La Toute Petite Compagnie intitulé Boîte à gants, pour tous ceux qui souhaitent savoir ce que deviennent les vieux gants, et à Pop up de la Cie Sacchi di Sabbia qui réinvente le livre animé. Le spectacle musical L’Ô, créé par le duo TaMiErO, réjouira les plus petits dès dix-huit mois, les embarquant dans un monde de découvertes sonores produites avec de l’eau. Et enfin mon coup de cœur, Goupil, inspiré du célèbre Roman de Renart, cet ensemble médiéval de récits animaliers écrits en ancien français et en vers. Ce qui me fascine dans les spectacles de la compagnie Les Compagnons de Pierre Ménard, c’est qu’ils s’adressent aux enfants dès six ans qu’ils soient entendants ou non. La langue des signes est fascinante et dans ce spectacle on pourrait presque tout comprendre sans avoir les récitants, tant elle est expressive et poétique. En plus, ce spectacle entre dans un projet plus vaste qui a débuté la saison dernière, le festival Couleurs d’enfance organisé sur tout le territoire du Genevois français et suisse, qui propose aux 0-6 ans de s’initier aux arts par des spectacles, des films mais aussi des ateliers et des livres. C’est un des rares festivals jeune public dont le succès ne cesse de croître.

 

Côté théâtre on découvre une saison plutôt féminine et romande.

Comme je le disais précédemment, le hasard fait bien les choses (sourires). Venues de France, l’auteur et comédienne Tiphaine Gentilleau, qui nous entretiendra sur l’expérience de la maternité avec C’est (un peu) compliqué d’être l’origine du monde, et Romane Bohringer, nominée aux Molières 2017 dans la catégorie meilleure Comédienne dans un spectacle de Théâtre public, qui revient cette année dans un classique de l’absurde comme on en a encore peu vu à Plan-les-Ouates, La Cantatrice chauve d’Eugène Ionesco.

Parmi les Romandes, Aurélia Lüscher, native de la commune, viendra présenter B.A.B.A.R. (le transparent noir), une comédie grinçante qu’elle a coécrite avec l’auteur Guillaume Cayet au sujet de la fracture coloniale. Rebecca Bonvin présentera le second volet d’une fiction biographique décalée, fantaisiste et drôle à souhait, intitulée Ah-Hou Cha Cha Cha. La dernière mouture de Sandra Gaudin et Hélène Cattin s’adresse quant à elle au théâtre lui-même et à ses spectateurs dans Au théâtre ce soir. En passant à travers la tragédie grecque, la comédie, le théâtre nordique ou encore le théâtre contemporain, ce spectacle questionne avec humour le devenir de l’acte théâtral dans sa forme, mettant le spectateur au premier plan, celui de l’acteur, par un dispositif scénique des plus originaux, révélant le pouvoir de la pensée du spectateur sur la proposition théâtrale et donc potentiellement sur notre propre vie.

 

Votre coup de cœur?

Cette année, il est musical. C’est l’auteur-compositeur-interprète italien Piers Faccini. Je l’ai découvert au festival de Cully l’année dernière où il présentait son nouvel album I dreamed an island, un musicien qui a une très forte présence scénique. Sa musique mélange beaucoup de styles, tels que des chants du Moyen-Age, du folk ou de la musique baroque, mais dans une cohérence poétique incroyable, s’inventant, dans différentes langues, un monde idéal à travers des textes engagés.

 

Propos recueillis par Alexandra Budde

 

Découvrez la saison culturelle 2017-2018 de la commune de Plan-les-Ouates en détail sur leprogramme.ch ou sur le site www.plan-les-ouates.ch