Publié le 08/05/2018 à 16:50

Rencontres classique de Vernier: des stars dans le cadre intimiste de la Salle du Lignon

«L’année dernière, la soprano Felicity Lott avait tellement apprécié chanter au Lignon qu’elle m’avait demandé les adresses emails de toutes les personnes de l’accueil afin de pouvoir les remercier personnellement!»

 

Du 9 au 16 mai, trois soirées composent les Rencontres de Vernier 2018 – suite à un premier concert, en mars. Pianiste professionnel, Fabrizio Chiovetta propose cette année, selon sa formule, un programme qui lui ressemble. D'abord avec le Quatuor Arod qui abordera Zemlinsky, Beethoven mais aussi Webern, puis avec la soprano Sophie Karthäuser pour un programme de Lied, et pour conclure, une soirée consacrée aux œuvres pour piano de Debussy en collaboration avec la Haute école de musique de Genève et le Département de musicologie de l’Université, événement qui donnera également lieu à une Masterclass ouverte au public du 14 au 16 mai.

Plus généralement, les Rencontres permettent de faire sortir la musique classique des lieux culturels qui lui sont habituellement dévolus, pour le bonheur des 200 auditeurs de la Salle du Lignon. Le carnet d’adresses et les liens d’amitiés de Fabrizio Chiovetta permettent également la venue d’artistes de renoms, eux aussi plus habitués aux grandes salles.

 

Quels sont les qualités des Rencontres classiques de Vernier?

La Salle du Lignon n’est pas un lieu où l'on pense à priori aller écouter un concert classique, et pourtant nous arrivons à proposer une programmation prestigieuse et des affiches qui rempliraient, à Paris par exemple, le Théâtre des Champs Elysées. Certains des interprètes invités jouent dans les plus grandes salles, mais sont ravis de se produire au Lignon dans un cadre plus intime, hors des circuits habituels. Les Rencontres proposent aussi des concerts de qualité pour des prix abordables à la population de Vernier et du canton.

 

Vous êtes connu comme pianiste. Comment avez-vous abordé la discipline de la programmation?

J’avais été engagé comme concertiste, lors de la première édition des Rencontres, en 2014. Dès lors, j'ai été impliqué dans la programmation. Pour ce travail je privilégie le contact direct avec les musiciens, afin de leur expliquer le contexte, caractérisé par un rapport au public très particulier. En mars, pour le premier concert, nous avons pu accueillir Stephen Kovacevich, une légende du piano, qui n’était plus venu à Genève depuis des années. Je l’avais rencontré par amis interposés, il s’était tout de suite montré intéressé à jouer dans un cadre inhabituel. L’année dernière, la soprano Felicity Lott avait tellement apprécié chanter au Lignon qu’elle m’avait demandé les adresses emails de toutes les personnes de l’accueil afin de pouvoir les remercier personnellement! Et l’immense violoncelliste Henri Demarquette nous a fait l’honneur de venir une fois, puis deux!

 

Evoquons le programme! Le mercredi 9 mai, le Quatuor Arod interprète notamment une œuvre de Webern. Une ouverture sur la musique contemporaine?

Je suis absolument enchanté par leur programme, qui comporte aussi des œuvres de Zemlinsky et de Beethoven. Et il ne faut en aucun cas être effrayé par cette pièce de Webern, qui est en fait très accessible, extrêmement lyrique, d'une beauté défiant toute description! L’idée de faire venir le Quatuor Arod est venue de Myriam Jakir-Duran du service de la culture de la ville de Vernier. Je connaissais leur travail, que j’apprécie beaucoup. Ils ont d'ailleurs remporté le concours ARD de Munich et ont signé avec le prestigieux label Warner/Erato.

 

Dimanche 13 mai, vous serez sur scène, au piano, pour un programme de Lied en compagnie du clarinettiste Patrick Messina, soliste à l’Orchestre National de France, et de la soprano Sophie Karthäuser, plus habituée des grandes scènes d’opéra.

Oui, mais Sophie Karthäuser aime aussi beaucoup le lied et en a enregistré plusieurs disques en duo. L’idée de cette soirée part d’une rencontre à Bruxelles et de notre souhait de consacrer un disque à ce répertoire. Nous avons saisi une occasion de le jouer sur scène à Vernier.

 

 

Est-ce qu’une soirée de Lieder avec clarinette est un événement inattendu que vous pouvez justement tenter à Vernier?

Nous n’avons pas la pression de faire venir 2000 personnes, ce qui nous autorise un peu d’audace, mais il ne faut pas y voir un programme expérimental! Il existe un certain nombre de Lieder avec clarinette obligée, tels que Le pâtre sur le rocher de Schubert, qui est un véritable tube, ou les 6 Deutsche Lieder de Louis Spohr. Nous présenterons ces deux œuvres ainsi qu'un cycle du compositeur écossais John McCabe. Je profiterai de l’occasion pour interpréter également quelques duos avec l’un et l’autre de mes partenaires.

 

Le mercredi 16 mai, une troisième soirée est consacrée aux œuvres pour piano de Debussy, interprétées par des étudiants de la Haute école de musique de Genève. En conclusion d’une masterclass d’Alain Planès en accès libre, en journée, du 14 au 16.

Les interprètes sont une dizaine d’étudiants de la Haute école de musique, en Bachelor ou en Master, donc a priori tous de futurs professionnels. Cette collaboration avec la HEM me tenait à cœur. Elle inclut aussi le Département de musicologie de l’université, dont des élèves ont suivi un séminaire d’un semestre sur Debussy. Certains ont été chargés de rédiger le programme de la soirée. Dans un deuxième temps, ils iront avec des interprètes présenter leur travail, ainsi que la masterclass et le concert du 16 devant les collégiens genevois inscrits en option musique.

 

A quoi doit s’attendre celle ou celui qui assiste à une materclass?

Cela permet d’assister aux coulisses, à la préparation d’un concert. Cela offre aussi un regard sur l’interprétation d’un texte musical, au travers de l’apport, de l’éclairage qu’une sommité – Alain Planès – peut apporter à de jeunes futurs concertistes hautement qualifiés, qui voleront bientôt de leur propres ailes. Pour eux, l’intérêt est aussi de se confronter à une autre sensibilité que celle de leur professeur. Il ne faut certainement pas le considérer comme une épreuve ou un examen, c’est un échange entre professionnels.

 

Comment évaluez-vous ce programme?

Il est influencé par mes goûts: je trouve que le quatuor à cordes est la formation la plus noble, j’adore le Lied et le piano est mon instrument. Mes grands amours sont représentés!

 

Propos recueillis par Vincent Borcard

 

Les Rencontres classiques de Vernier, les 9, 13 et 16 mai, à la Salle du Lignon à Vernier.

Renseignements et réservations sur le site de la ville de Vernier www.vernier.ch

Le 9 mai à 20h00, Quatuor Arod - Jordan Victoria (violon), Alexandre Vu (violon), Tanguy Parisot (alto), Samy Rachid (violoncelle)
Le 13 mai à 17h00, Liederabend - Sophie Karthäuser (soprano), Patrick Messina (clarinette), Fabrizio Chiovetta (piano)
Le 16 mai à 20h00, Debussy & le piano - Concert des étudiants de la Haute école de musique de Genève
Du 14 au 16 mai, de 10h00 à 18h00, masterclass d’Alain Planès - Debussy & le piano (entrée libre)

 

Théâtre Forum Meyrin - Richard GallianoGrand Théâtre de Geneve - Beggars OperaL’Orchestre de Chambre de Genève - Flûte alors !