Publié le 24/10/2016 à 12:40

Là, tout n’est que luxe, rock et volupté

Les tendres dandys de Feu! Chatterton en concert au Théâtre Forum Meyrin

 

Le groupe Feu! Chatterton viendra enflammer la scène du Théâtre Forum Meyrin le 1er novembre 2016. Ceux qui avaient "fait le buzz" à leurs débuts en 2012 ne cessent de confirmer leur talent, auréolés par un concert à l’Olympia de Paris le 17 octobre dernier. Enchaînant les live depuis plus de deux ans, Feu! Chatterton n’en finit plus de séduire un large public, tant par ses textes poétiques que par son rock affirmé.

Feu! Chatterton se revendique dandy oui, mais pas qu’au sens vestimentaire du terme, car l’esthétisme s’associe ici à une attitude faite d’esprit et d’impertinence à la Oscar Wilde ou à la Charles Baudelaire. D’après Larousse, «le dandy est un être paradoxal: suffisamment lucide pour deviner la vanité du monde et celle de son attitude, suffisamment assuré de lui-même pour jouer de l’opposition entre une revendication esthétique, qu’il place sous le signe de l'affectation, et une société qui refuse toute valeur à la beauté. Le dandysme perdure dans l'immoralisme et l'affectation des décadents, dans l'individualisme et le détachement du créateur contemporain».

 

 

Un nom de composition

Thomas Chatterton préféra s’empoisonner à 17 ans plutôt que de mourir de faim parce qu'on ne croyait pas en son génie poétique, pourtant reconnu après sa mort. C’est en voyant La Mort de Chatterton, immortalisée par le peintre britannique Henry Wallis que le groupe choisit son nom en 2011. Mais attention, pas de mysticisme ici, "Feu" se réfère autant à cette expression un peu désuète pour parler du défunt qu’à celle, suivie d’un point d’exclamation, qui donne le coup d’envoi, d’un commencement, à l’image de ce groupe qui naissait alors.

Feu! Chatterton, ce sont trois copains qui se rencontrent au milieu des années 2000 au lycée Louis-le-Grand à Paris: Arthur Teboul (textes et voix), Clément Doumic et Sébastien Wolf (guitares, claviers et compositions). Au départ c’est l’amour de la littérature et de la poésie qui les lie, avant que la musique ne vienne s’immiscer entre les trois hommes. Ensemble, ils touchent au slam et au jazz avant de trouver leur identité dans un rock à texte progressif et singulier.

 

Un public conquis par la scène

En 2012, le clip de La Mort dans la pinède les propulse au-devant de la scène, portés par l’engouement des professionnels. Le groupe est alors rejoint par Antoine Wilson à la basse et Raphaël de Pressigny à la batterie pour entamer une tournée ahurissante de live à travers la France en passant par Rock en Seine, les Francofolies ou encore le Printemps de Bourges et la première partie du concert de Fauve. En 2014, le groupe rafle le prix Chorus, le prix Paris jeunes talents et le Prix Félix-Leclerc et finit par sortir un premier EP le 8 septembre 2014 via un financement collaboratif KissKissBankBank. Après avoir remporté le concours Inrocks Lab 2015, leur premier album, Ici le jour (a tout enseveli), sort en octobre, deux semaines après avoir signé chez Universal Music.

 

 

Entre slam et littérature, chanson et rock orageux

Le charismatique Arthur à la voix grave et à l’interprétation singulière ne cache pas ses inspirations: Serge Gainsbourg, Léo Ferré, Barbara, Alain Bashung ou encore Jacques Brel, et n’hésite pas à faire un clin d’œil à Shakespeare et même à citer Rimbaud ou Aragon dans ses textes subtils. Il nous raconte des histoires douloureuses et tristes, flirtant entre le cynisme, l'ironie et l'humour. Pour Arthur, Bashung est l'un des rares à avoir réussi à chanter de la poésie de façon très musicale et à avoir eu l'ambition de faire du rock en français.

Musicalement, les influences du groupe vont du rock de Television, Led Zeppelin ou LCD Soundsystem au jazz de Chet Baker, Nat King Cole ou Miles Davis. Radiohead est peut-être le groupe qui les a le plus influencés par la grande liberté qu'il a dans les arrangements et dans les structures, et Aphex Twin et Boards of Canada dans le groove électro de la production.

Finaliste du Prix Talents W9 et nommé aux Victoires de la Musique dans la catégorie «révélation scène» cette année, Feu! Chatterton cartonne partout où il passe, ralliant par leur musique et leur présence un public d’âges très divers à la sensibilité commune.

 

Alexandra Budde

 

Feu! Chatterton en concert au Théâtre Forum Meyrin le mercredi 1er novembre 2016.

Renseignements et réservations au +41.22.989.34.34 ou sur le site www.forum-meyrin.ch

Comédie Perdre Son Sac