La crème du jazz gypsy sur la scène Ella Fitzgerald le 1er août

«Nous suivrons le fil qui unit les musiques de tradition folklorique suisse et gypsy»

 

Pour marquer le jour de notre fête nationale, la Ville de Genève crée l’événement au Parc La Grange avec de nombreuses animations culturelles et sportives conçues notamment avec le CERN et la Ville de Bienne, les deux invités d’honneur de la manifestation. Exposition photographique, courts-métrages, ateliers sportifs, jeu de piste ou encore un karaoké live au Théâtre de l’Orangerie se conjugueront à une belle affiche de concerts en plein air dédiés à l’histoire de la musique folklorique. Un plongeon au cœur des musiques gypsy, tziganes, bluegrass ou irlandaises dont les influences communes se retrouvent également dans la musique traditionnelle suisse, comme le démontrera le groupe de musique yéniche Counousse.

Pour en parler, Jakob Graf, en charge de la programmation artistique de cette journée du 1eraoût.

 

Comment prépare-t-on le programme d’une journée de fête nationale?

Avec mon mandataire, le maire de Genève Samy Kanaan, nous avons choisi de placer le folklore suisse au cœur du débat et de créer un véritable Folk Festival dans le parc La Grange l’espace d’une journée. Sans négliger la digitalisation, qui fait partie du thème choisi par la mairie cette année, que nous retrouverons avec un jeu de piste sous forme d’une application intitulée Août téléchargeable tout le mois sur App store et Google Play. L’utilisateur aura l’opportunité de se glisser dans la peau d’un archéologue de l’an 3018 sur les traces de nos ancêtres les Sessuis (suisses en verlan), qui vivaient en 2018. Le parc étant sur un vrai site archéologique d’époque romaine, nous avons décidé de jouer avec ces différentes couches et de projeter le visiteur dans un futur hypothétique tout en regardant le présent dans le rétroviseur. A travers des énigmes ludiques disséminées dans les recoins du parc, ce jeu de piste abordera des sujets qui nous lie à cette tradition du 1er août, tant sur l’appartenance que sur notre place dans l’histoire.

 

Une tradition que vous avez également mise en évidence à travers la programmation musicale avec, en particulier, le groupe suisse Counousse.

Nous suivrons le fil qui unit les musiques de tradition folklorique suisse et gypsy. Counousse sera le trait d’union de cette soirée puisqu’il présentera deux sets, un set de Ländlers traditionnels (Place du Village, 18h), puis un set de compositions propres qui mettent en lumière son héritage yéniche (Scène Ella Fitzgerald, 20h).

 

Que représente l’influence de la musique yéniche dans la tradition suisse?

C’est un sujet méconnu qui commence à être documenté, notamment par le film Unerhört jenisch (Yéniche inouï) des réalisatrices Karoline Arn et Martina Rieder, consacré à Stephan Eicher parti à la recherche de ses racines yéniches dans les Grisons.

L’instrumentation du groupe Counousse s’inscrit dans la tradition montagnarde car il est formé de deux schwyzerörgeli, le fameux accordéon diatonique suisse, une basse et une guitare. Son influence yéniche vient des compositions de Sepp «Counousse» Mülhauser qui revendique ses racines yéniches tant dans ses compositions que dans ses choix de vie.

Tzigane, gypsy ou manouche, la musique a été diffusée par les peuples non sédentaires d’Europe, à l’image des troubadours du Moyen-Âge ou des griots d’Afrique, apportant avec eux de nouveaux instruments et de nouvelles mélodies. Les Yéniches forment le troisième plus grand peuple non sédentaire d’Europe, principalement basé dans l’Europe germanophone et dans une moindre mesure en Belgique et en France. Leur origine exacte est sujet à quelques doutes mais contrairement aux Sintis et Romas on ne pense pas qu’ils sont issus d’une migration extra-européenne.

Le programme du 1er août mettra le folklore suisse en contexte, dans ses liens avec les autres folklores. D’Europe, comme ce sera le cas avec Caroline Keane & Tom Delany (Place du Village, 16h), un duo de concertina (accordéon de forme hexagonale) et uilleann pipes (cornemuse irlandaise) qui se produira exceptionnellement avec la joueuse de fiddle (violon populaire) Laura Kerr. Mais aussi d’Amérique, avec The Long John Brothers (Place du Village, 14h) et Rapidgrass (Place du Village, 22h) que nous recevrons en collaboration avec le festival français La Roche Bluegrass, le plus grand festival d’Europe de ce genre musical qui s’inspire, lui aussi, inévitablement même, de la tradition irlandaise, mais aussi des autres traditions européennes. L’accordéon, instrument de la musique populaire par excellence, sera notre fil rouge.

 

 

En tête d’affiche, le groupe Gypsie Planet se produira sur la Scène Ella Fitzgerald à 20h30.

Entre tradition et modernité, leur musique, que l’on qualifie aujourd’hui de jazz manouche ou de swing gypsie, découle directement de celle du grand Django Reinhardt et fait le lien entre ces musiques traditionnelles venues de toutes parts.

Gypsie Planet, c’est LE all star de la génération actuelle, formé par le maestro du milieu manouche, Christian Escoudé. A ses côtés, le violoniste roumain Florin Niculescu, qui a notamment joué en duo avec Biréli Lagrène, tels les dignes héritiers de Django et Stéphane Grappelli, ou encore Hugo Luppi et Jean-Baptiste Laya, des guitaristes majeurs de leur génération dans le jazz manouche.

 

A noter dans ce all star la participation exceptionnelle de Marcel Azzola qui accompagna Jacques Brel à l’accordéon pendant de nombreuses années.

La présence d’un si grand Monsieur nous réjouissait profondément. Malheureusement, nous venons d’apprendre qu’il ne pourra être présent auprès des membres du Gypsie Planet, tout comme Darryl Hall. Nous accueillerons donc l’accordéoniste virtuose Marcel Loeffler et le contrebassiste Jonathan Zelnik pour ce concert.

 

Propos recueillis par Alexandra Budde

 

Découvrez le programme détaillé des festivités du 1er août sur le site de la Ville de Genève www.ville-geneve.ch

Commune de Plan-les-Ouates - Saison 18/19