Publié le 23/04/2016 à 11:18

L’OCG, exigeant et éclectique

Arie van Beek et les musiciens de l’OCG: l’histoire d’amour se poursuit

 


Il est à la tête de la formation depuis trois ans déjà. Et son mandat vient d’être renouvelé pour trois nouvelles saisons. Arie van Beek a noué une belle histoire d’amour avec ses musiciens, qui le lui rendent bien. Le chef néerlandais de l’Orchestre de Chambre de Genève ne manque pas d’idées et de curiosité. Il a ainsi concocté une quatrième programmation forte de six concerts de soirée sous le sceau de l’exigence et de l’originalité. On le retrouvera aussi lors de deux rendez-vous avec un public familial lors de ses «Quatre heures» destinés aux jeunes dès 6 ans. A l’affiche de la saison 2016-2017 également, une master class ouverte au public à laquelle participeront des élèves de direction d’orchestre de la Haute école de musique de Genève et du Conservatoire de Rotterdam. Zoom sur un programme musical faisant la part belle au Genevois Franck Martin, à la musique russe ou aux compositeurs américains.

 

 

Les saisons se suivent mais ne se ressemblent jamais. Toujours aussi variées, celles de l’Orchestre de Chambre de Genève se poursuivent sous la baguette d’Arie van Beek. Le mandat du chef néerlandais vient d’être reconduit pour trois nouvelles années. «Une histoire d’amour réciproque» qui s’inscrit dans la durée et affirme la solidité et la stabilité de la formation genevoise. En atteste l’admission de L’OCG dans les rangs de la très sélective Association suisse des orchestres professionnels, notait Alain Petitpierre, président de son Conseil de fondation lors de sa toute récente présentation publique de saison.

La recette d’Arie van Beek? S’il avoue garder les mêmes ingrédients que les trois années précédentes, il entend bien «faire quelque chose de nouveau avec de la musique qui ne l’est pas». &Aussi retrouvera-t-on au cours de la programmation 2016-2017 le noyau du répertoire pour orchestre de chambre – les baroqueux, Bach et Haendel en tête, et les classiques, Mozart, Haydn, Beethoven – ainsi que des nouveautés. La cohérence sera de mise dans les six concerts de soirée qui ponctueront l’année.

 

De la Russie à Gershwin

Les extrêmes se côtoieront en ouverture et en fin de saison. On démarrera avec les compositeurs russes Prokofiev et la star du violoncelle Antonio Meneses, Tchaïkovski et Chostakovitch. Une création du compositeur genevois Denis Schuler s’inscrira également au programme de cette soirée A la russe!. Puis on terminera sous l’égide notamment de Gershwin lors du sixième concert Made in USA. Entre les années 1914 et 1939, le voyage se fera du côté d’Harlem, célèbre pour sa musique dite noire, qui a inspiré des compositeurs comme Gershwin, ou Ravel, Poulenc et Milhaud en Europe. Gershwin est le premier compositeur blanc à avoir importé des éléments jazz dans sa musique, raconte Arie van Beek. Si sa Rhapsodie in Blue est connue de tous, c’est loin d’être le cas de son petit opéra Blue Monday, qui contient tous les éléments propres au compositeur. On en retrouvera la mélodie dans sa Lullaby for Strings, deuxième pièce de l’Américain au programme du concert du 6 juin, outre Copland et Cole Porter.

 

Le Hautbois à l’honneur

Changement de cap pour le deuxième concert de soirée, sur le thème du hautbois, avec le soliste russe Alexei Ogrintchouk, hautboïste solo de l’Orchestre Royal du Concertgebouw d’Amsterdam et enseignant à la Haute école de musique (HEM) de Genève. Au menu notamment, les Trois Danses du Genevois Franck Martin basées sur le flamenco. Sa fille Teresa Martin en proposera une flamboyante chorégraphie. Place ensuite au concert N°3 qui sera dirigé par Daniel Reuss, chef de chœur international à la tête de l’Ensemble vocal de Lausanne. Avec L’OCG, il interprétera Les Sept dernières paroles du Christ en croix de Haydn et la Symphonie N°4 en la majeur de Mendelssohn. Les contrastes entre les pièces font la force de ce programme. La collaboration se poursuit ensuite avec L’Ensemble Contrechamps, dont la réputation s’étend bien au-delà des frontières helvétiques. Pierre Boulez y sera à l’honneur, de même que Berlioz, deux compositeurs révolutionnaires, mécompris en leur temps. Après le succès du Petit Prince, Michaël Levinas, grand compositeur et pianiste français, est l’invité du cinquième concert. La soirée sera dédiée à cinq compositeurs, notamment Beethoven, dont il est un fin connaisseur.

 

 

Les Quatre heures d’Arie

Au Studio Ansermet, Quatre heures d’Arie, rendez-vous familiaux destinés au jeune public, dès 6 ans, rencontrent un franc succès. Ils se poursuivront également deux samedis après-midi cette saison. Les musiciens de L’OCG rejoindront d’autres artistes pour interpréter Le Carnaval des Animaux de Camille Saint-Saëns le 25 février, tandis que Le Rossignol de Theo Loevendie, compositeur néerlandais, est au programme en avril. Une master class publique dédiée aux chefs d’orchestre réunira des étudiants des classes de direction d’orchestre de la HEM - Genève et du Conservatoire supérieur de musique (Codarts) de Rotterdam, où Arie van Beek est également enseignant.

Autre temps fort avec Les Concerts du dimanche. Une fois n’est pas coutume, la première partie du concert du 19 mars étant consacrée à une pièce pour orgue de Wagner, l’orchestre cèdera sa place à l’organiste Diego Innocenzi. On retrouvera ensuite les instrumentistes de L’OCG dans deux œuvres de Paul Hindemith puis dans une symphonie de Beethoven.

 

Exigence, éclectisme et esprit de collaboration

L’OCG continue de promouvoir le répertoire genevois et la diversité dans un souci d’exigence, d’éclectisme et de curiosité intellectuelle, a rappelé son secrétaire général Andrew J. Ferguson. Une démarche dont atteste la rencontre avec d’autres disciplines artistiques, telle que la danse cette année grâce aux liens tissés avec la chorégraphe Teresa Martin. Collaborer de manière conviviale, rendre la musique accessible au public à travers divers événements, et lui donner des clés d’écoute, telle est la mission que poursuit l’Orchestre avec brio. Dans un esprit de collaboration, c’est aussi aux côtés de l’Opéra de Chambre, du Festival de Bellerive, de Musiques en été et de La Côte Flûte Festival qu’on retrouvera la formation genevoise cette saison. En un mot, L’OCG a l’art de cultiver sa différence.

 

Cécile Dalla Torre

 

Saison 2016/2017 de L’Orchestre de Chambre de Genève. Programmation en détail et renseignements au +41 22 807 17 90 ou sur le site de l’Orchestre www.locg.ch

Carolina Eyck - ContrechampsEt j'ai crié... Aline - TFM