Publié le 29/03/2016 à 12:49

Aujourd’hui c’est déjà demain

«Limités dans les artifices, on n’a pas le temps de se perdre dans la matière, il faut entrer très vite dans le vif du sujet, être percutant comme un coup de poing.»

 


Théâtre de création, le Loup fait la part belle à la jeune génération. Lancé en 2010 à l’initiative d’Anne Bisang à la Comédie de Genève et de Rossella Riccaboni au Théâtre du Loup, le festival C’est déjà demain accompagne des jeunes compagnies théâtrales dans leurs premières créations. François Gremaud, Zooscope, Audrey Cavelius, Ludovic Chazaud, Dorothée Thébert, Rébecca Balestra ou encore les Destiny’s Children ont participé aux précédentes éditions. En partenariat avec La Gravière depuis deux ans, le programme s’est enrichi d’une vraie programmation musicale chaque soir.

Rencontre avec Adrien Barazzone, comédien, auteur et metteur en scène (Saunå, 2013). Diplômé de La Manufacture de Lausanne en 2010, il a rejoint le comité de programmation du festival il y a trois ans.

 

 

Qu’est-ce qui caractérise la création contemporaine?

On remarque une tendance de la jeune génération d’artistes à développer un langage théâtral qui s’adresse frontalement au public. Outre les dérives et défauts que cela peut impliquer, cet échange direct tente d’aller au-delà de l’enjeu de la fiction et de la réalité, où abattre le quatrième mur qui nous sépare du public est une constante. C’est aussi un théâtre de l’intime où chacun devient le témoin inévitable de son époque. Lié à la performance, s’y joint encore une vision très athlétique de l’acteur qui se met en jeu en tant qu’individu physique, sans tricher. Enfin, le cœur des réflexions des jeunes artistes reste l’humain, et leurs recherches semblent plus orientées sur le jeu des codes et les formes offrant une plus grande liberté d’expression, mais aussi une large part d’inconnu quant au résultat.

 

Quels sont vos critères de sélection pour la composition du programme?

Nous avons reçu plus de 80 dossiers pour cette 6ème édition. Nous cherchons des accroches pertinentes et nous jaugeons de la faisabilité et du potentiel du projet. Puis il y a les coups de cœur comme pour Ici c’est pas un hôtel de la Cie Perastika (Emilie Vaudou), inspiré du documentaire Urgence de Raymond Depardon et créé l’automne dernier dans le cadre de la première édition du festival Tac Tac Tac de Lausanne, auquel nous avons offert de poursuivre son travail cette année à travers le festival.

Parmi les consignes de l’appel à projet nous avons souhaité que les propositions ne dépassent pas trente minutes. En dehors des questions d’organisation dues à l’ajout d’un troisième événement, musical celui-ci, par soir, nous nous sommes aperçus que des projets plus longs, comme les années précédentes, ne favorisaient pas la mobilité du public entre les propositions. Les petites formes demandent aussi une certaine radicalité des propos des artistes. Limités dans les artifices, on n’a pas le temps de se perdre dans la matière, il faut entrer très vite dans le vif du sujet, être percutant comme un coup de poing.

 

 

Depuis ses débuts, le festival est également partenaire du prix d’encouragement Premio pour les arts de la scène.

En l’occurrence, c’est un projet d’Alexandre Doublet, devenu aujourd’hui sa trilogie Il n’y a que les chansons de variété qui disent la vérité et présenté lors du premier festival en 2010, qui avait été primé par Premio et qui avait été retravaillé chez nous au Théâtre du Loup. Depuis, le comité du festival, dans son rôle d’accompagnateur, présente généralement le finaliste de ce concours chaque année. Mais cette année, le lauréat Marius Schaffter ne participera pas au festival, ayant déjà un engagement à cette période. Nous recevrons tout de même une des finalistes 2016: Maude Lançon et la Cie Outrebise avec Ce qu’on peut retenir: autour d’un tourne disque et de vinyles, trois comédiens se racontent à travers des fragments enregistrés, diffusés en direct. Relevons d’ailleurs que cette année, outre notre partenariat avec Premio, nous collaborons avec L’Abri, qui a mis à la disposition des compagnies des salles de répétition.

 

Présenter un embryon de projet ne doit pas toujours être chose facile pour de jeunes comédiens-auteurs?

Le festival donne la possibilité à de jeunes créateurs de se lancer. Cette forme performative les stimule et les incite à se jeter à l’eau, sans quoi ils ne le feraient peut-être jamais. En termes de production c’est plus compliqué: une petite forme est presque aussi coûteuse à mettre en place et le financement, tel qu’il est aujourd’hui, oblige les jeunes compagnies à travailler bénévolement au développement de leur concept. D’un autre côté, ces projets en version réduite offrent une forme plus simple à faire tourner par la suite.

Sous le terme d’embryon de spectacle, ce sont diverses étapes de création qui sont présentées: la Cie Brøcøliwald débute actuellement les répétitions de Your Gesture Is Mine, un spectacle "lo-fi" dont la seule matière première sont des gestes esquissés, comme des hôtesses de l’air. Idem pour Galimatias de Julien Alembik, dont les répétitions ont lieu à la Kavalerie, nouveau lieu de création belge ouvert par une ancienne étudiante de La Manufacture. Certains projets sont déjà programmés pour la saison 2017-2018 dans divers théâtres de Romandie, comme O.V.N.I. de la K7 Productions inspiré de l’adaptation radiophonique qu’Orson Welles fit de l’œuvre culte de H. G. Wells, La Guerre des mondes, ou Anonym(s) de Kayije Kagame imaginée autour de La nuit juste avant les forêts de Bernard-Marie Koltès. Présenté à Paris récemment, ce spectacle se recrée au gré du lieu, une forme emblématique d’un théâtre contemporain performatif qui s’inspire du lieu en s’y adaptant.

 

 

Cette année s’ajoute une programmation élargie de concerts.

En partenariat depuis l’année dernière avec La Gravière, voisine du Théâtre du Loup, nous proposons chaque soir un groupe fraîchement révélé lors du tremplin musical qu’elle a créé cette année, ouvrant ainsi une porte pour les jeunes musiciens tels que Darkine, Nevraska, Eye’s Shaker et LiA. Nous avons choisi de mélanger les arts et de mettre en place une circulation des publics à travers des soirées festives et pluridisciplinaires qui touchent les jeunes en lien constant avec divers media. Un hommage à ce qui nous rend humain, nous réunit et nous permet de grandir.

 

Propos recueillis par Alexandra Budde

 

Festival C’est déjà demain.6 - Genève, Théâtre du Loup et La Gravière du 07 au 10 avril 2016.
Renseignements et réservations au +41.22.301.31.00 ou sur le site www.theatreduloup.ch

Tous nos articles
Les Amis Musiquethéâtre - Chez MichouGeneva Camerata - Concerts du DimancheLOCG - Héroïnes