Publié le 29/08/2018 à 19:02

A Carouge, musique et théâtre se conjuguent aux Amis, musiquethéâtre

«Ce que je sais, c’est qu’en général les comédiens aiment beaucoup chanter et que la chanson est un art très complémentaire du théâtre.»

 

Entre théâtre et musique, pourquoi choisir? Françoise Courvoisier lutte contre les étiquettes et propose une saison entre théâtre de texte, spectacles musicaux, soirées jazz et matinées classiques. A la tête du Théâtre de Poche pendant douze ans, Françoise Courvoisier a repris en mars dernier les rênes du Théâtre des Amis, fondé il y a une vingtaine d’années par Raoul Pastor. En ce début de saison, celle qui aime mélanger les genres comme les générations offrira notamment deux créations autour des grands noms de la chanson française: Vive la mariée! en septembre et Misogynie à part en décembre.

Et si, pour des histoires de calendrier, la première partie de saison sera plus orientée vers les spectacles musicaux, le théâtre aura la part belle en seconde partie avec, entre autres, le jeune Antoine Courvoisier pour une comédie avec Charlotte Filou, Christian Grégori pour un solo de théâtre, Claude Vuillemin pour la mise en scène d’une pièce anglaise très caustique de Martin Crimp, ou encore José Lillo pour une adaptation de Mémoire de fille d’Annie Ernaux avec la comédienne Caroline Gasser dans le rôle-titre.

 

Parlez-nous de ce lieu magique dans lequel vous vous trouvez.

J’ai assisté aux débuts du Théâtre des Amis, alors qu’il se situait à l’étage d’un petit café, rue Ancienne à Carouge: le Café des Amis. Quelques années plus tard, Raoul Pastor déménageait Le Théâtre des Amis Place du Temple, là où il se situe encore aujourd’hui. Cette petite scène de 80 places permet un rapport d’intimité entre la scène et la salle, les acteurs et les spectateurs. Les gens adorent ça! Le Théâtre des Amis a très vite connu un grand succès, grâce aussi à la fougue et au talent de son directeur.

 

En le rebaptisant LES AMIS musiquethéâtre en mars dernier lorsque vous avez repris le flambeau, vous avez choisi de marquer le lien qui unit ces arts.

J’ai des affinités avec le théâtre mais aussi avec la chanson, la musique classique et le jazz. A l’image de la saison dernière où un concert entièrement consacré à Prokofievcôtoyait le spectacle Complètement Dutronc, je souhaite décliner musique et théâtre sous toutes leurs formes.

 

En quelque sorte, vous retournez à vos premières amours, quand en 1997 vous fondiez le Théâtre La Grenade, dans l’ancienne SIP de Plainpalais.

C’est vrai que je retrouve aux Amis un peu de cet esprit de liberté et d’ouverture qui soufflait à l’époque dans les murs de La Grenade, qui a su inspirer de nombreux metteurs en scène. A la différence de La Grenade, le Théâtre des Amis a déjà vingt ans d’âge! Ce qui signifie un public fidèle, des moyens techniques professionnels, etc. Alors que La Grenade était un espace vide et vétuste… Mais je crois que c’est en faisant ce qui nous plait le plus, en programmant des spectacles qu’on peut défendre, qu’on arrive le mieux à convaincre le public.

 

Plusieurs spectacles musicaux composent ce début de saison, à commencer par Vive la mariée! qui réunira dès le 12 septembre Christine Vouilloz, Felipe Castro, Floryane Hornung (voix) et Moncef Genoud (piano).

Depuis Complètement Dutronc présenté en fin de saison dernière, j’avais vraiment envie de mettre en avant Christine Vouilloz, une superbe comédienne qui chante merveilleusement bien. Sa voix et sa personnalité ont été ma stimulation de base pour créer le synopsis du spectacle qui réunit les chansons de différents compositeurs-interprètes autour d’un mariage à la campagne. Lors d’une noce, les mariés se retirent parfois au fond du jardin pour se dire leur amour, tandis que d’autres invités se sentent un peu seuls, parce qu’ils viennent d’être quittés, ou parce que les enfants sont partis, ou encore parce que ce bonheur naissant donne un coup de vieux à leur propre couple… L’art de procurer une émotion à travers une chanson reste très mystérieux, et ne repose pas toujours sur une équation définie, or ça me plaisait de confronter dans ce spectacle des chansons dites à textes, de grands paroliers respectés comme Michel Jonasz, à des chansons beaucoup plus populaires comme celles par exemple de Joe Dassin. Dans la jeune génération, on a retenu Stromae, dont le texte est elliptique mais néanmoins profond.

 

 

Pensez-vous que les talents vocaux des comédiens sont sous-exploités en général?

J’aime beaucoup les «comédiens qui chantent». Ils s’attachent surtout à incarner les mots, penser ce qu’ils chantent… Ce n’est pas mieux que les «vrais chanteurs», c’est autre chose. Cela a du charme en tous cas.

 

Début octobre, vous recevrez le grand acteur Maurice Aufair pour un projet théâtral unique autour des textes de Georges Haldas, Prix Édouard-Rod 2004 pour l’ensemble de son œuvre.

Maurice Aufair a bien connu Georges Haldas – et le Théâtre des Amis également par ailleurs –, alors quand il m’a proposé ce projet, j’ai trouvé l’idée géniale. D’autant qu’on a rarement eu le plaisir d’apprécier les mots de Georges Haldas sur scène. Dans Haldas Aufair, le comédien reprendra les plus savoureux récits de l’auteur, tirés notamment de Boulevard des Philosophes et Chronique de la Rue Saint-Ours.

 

Et pour les mélomanes, la saison réserve dix nocturnes jazz et dix matinées classiques où le public découvrira de nombreux artistes régionaux.

J’ai surtout choisi de programmer des artistes qui ont du talent, jeunes et moins jeunes, connus et moins connus, dans un cadre qui est celui de la scénographie de la pièce en cours. J’aime détourner les formes artistiques et cela ajoute une dimension qui facilite l’appréhension que peut avoir un public qui n’a pas l’habitude de se rendre à des concerts classiques. Ainsi la première «matinée classique» recevra cet immense concertiste qu’est Jean-François Antonioli pour Les dernières œuvres pour piano de Chopin – les plus sublimes! – le dimanche 23 septembre à 11h00, sur l’herbe tendre du décor de Vive la mariée! La nocturne jazz du 11 octobre verra se produire Nicolas Lambert (chant et guitare) et Emilie Bugnion (saxophone ténor et contrebasse) dans la scénographie de Haldas Aufair. Et pour mieux confronter les arts et prolonger les soirées, les concerts de jazz auront lieu après le spectacle, le jeudi à 21h00. Pour la première nocturne du jeudi 20 septembre, nous entendrons Moncef Genoud et Ernie Odoom.

 

Un mot sur la formule originale d’abonnement que vous proposez?

C’est une formule souple que j’ai lancée spontanément dès le début de mon mandat le 21 mars, pour répondre rapidement aux demandes d’abonnement. C’est un Pass, accessible à tout moment de la saison et valable pour dix événements pendant toute une année, qu’il s’agisse de musique ou de théâtre.

 

Propos recueillis par Alexandra Budde

 

Pour contacter le théâtre: resa@lesamismusiquetheatre.ch ou +41.22.342.28.74

Théâtre Forum Meyrin - Richard GallianoGrand Théâtre de Geneve - Beggars OperaL’Orchestre de Chambre de Genève - Flûte alors !