Terroir local à l’Alhambra de Genève

Huit formations romandes fouleront la scène de l’ancien théâtre cinématographique de la rue de la Rôtisserie durant le mois de mars

 

L’AdudA, Association des utilisateurs de l’Alhambra, ne manque pas à sa mission de valorisation des musiques actuelles à travers une programmation éclectique de qualité. Le mois de mars verra notamment huit artistes du cru se partager la scène entre chanson française, soul, jazz et musique contemporaine.

 

Aux racines du Rhythm and Blues

Les voix des Genevoises Awori, Licia Chery, Lesley Renolds et Laure Verbrègue, accompagnées de sept musiciens et de deux danseurs, donnent rendez-vous à tous les amateurs de musique soul du 2 au 5 mars pour un concert événement intitulé Soul Sisters 2. Certains se souviennent peut-être de leur premier concert au Club Silencio en 2014, qui avait remporté un vif succès.

Sous la houlette de Vincent Jacquemet à la direction artistique, fondateur et directeur du Club Silencio depuis 5 ans, d’Ernie Odoom aux arrangements et aux voix et de Matthieu Llodra à l’instrumentation, les standards de Nina Simone, Raphael Saadiq ou encore Aretha Franklin côtoieront des œuvres moins connues, toutes retravaillées pour trouver la juste adaptation aux qualités spécifiques de chaque chanteuse et à l’acoustique de l’Alhambra.

 

En français dans le texte, mais pas que

La genevoise Noga, accompagnée du pianiste français Patrick Bebey, avec qui elle signe son dernier album Laisser partir (2016), sera l’invitée de l’Israélien Idan Raichel le 6 mars. Entre formation classique, jazz, racines africaines et tradition juive, les trois artistes lancent des ponts entre les cultures et les religions à travers leurs propos humanistes qui dépassent l’âge, la couleur et le genre, pour tout simplement prendre sens, de l’intime à l’universel. Une collaboration musicale aux sonorités voyageuses qui s’aventure du côté de l’improvisation, pour embarquer dans un spectacle au souffle transformateur.

L’Yverdonnois Fabian Tharin sera en première partie de Philippe Katerine le 20 mars. Alors que le poète frondeur prépare son prochain album pour mars 2018, c’est une formule spéciale de son quatrième opus, Swiss Rebel, qu’il présentera en duo avec Patrick Dufresne aux machines, à l’occasion du festival Voix de Fête. Une proposition "clubbing de chambre" qui verra le "Bobo d’Yverdon" couper le courant de son électro habituelle pour livrer des versions inédites de ses chansons.

 

 

Coup de cœur jazz

Le 21 mars, la pianiste jurassienne Marie Krüttli en trio fera la première partie du quartet américain de John Scofield, tous deux programmés dans le cadre de l’AMR Jazz Festival (association pour l'encouragement de la musique improvisée). Prix Coup de cœur du canton de Berne en 2016, ce n’est pourtant que plusieurs années après avoir entamé un cursus de musique classique que la pianiste s’est ouverte au jazz et plus précisément au modern jazz, parfois teinté de musique balkanique. Elle sort en 2010 Kartapousse, son premier album, avec Martin Perret à la batterie et Lukas Traxel à la contrebasse. Ses compositions s'inspirent de Christophe Stiefel, Brad Mehldau, ou encore du jeune virtuose arménien Tigran Hamasyan.

 

La crème de la musique savante actuelle

Le festival Archipel réunira les pointures de la musique contemporaine du 24 mars au 2 avril dans divers lieux de la ville. Parmi eux, trois ensembles genevois participeront à l’événement à la salle de l’Alhambra.

L’Ensemble Contemporain de l’HEMU interprétera le 24 mars pRESTO sOSTINATO (2006) du Suisse Dieter Ammann, Anahit (1965) de l’Italien Giacinto Scelsi et Le Lac (2001), poème lyrique dédié à Vénus, pour violon et ensemble, du Français Tristan Murail, sous la direction de Eduardo Leandro.

Sur des textes de Rimbaud, mis en musique par Beat Furrer, ou guidant discrètement le jeu des voyelles de l'œuvre de Mike Svoboda, le concert exceptionnel du 25 mars réunira l’ensemble genevois Contrechamps et le quintette bâlois Eunoia sous le titre J’ai tendu des cordes de clocher à clocher.

Le 30 mars, le concert de l'ensemble genevois Vortex intitulé Flash fera émerger une dialectique de contraste à l’image de ses membres. Axé sur la création multimédia, ce concert dévoilera un regard critique sur la soumission de notre société aux discours et protocoles scientifiques et sur leurs applications technologiques dans la vie quotidienne.

Le collectif genevois de percussion contemporaine Eklekto proposera un salon de musique intitulé L’heure est grave le 2 avril, où le quintette de percussions rencontrera un quintette de clarinettes. Pour cet événement, pas moins de cinq commandes ont été faites aux compositeurs suisses Thomas Kessker, William Blank, Oscar Bianchi, Ricardo Eizirik et Jürg Frey.

 

Alexandra Budde

 

Retrouvez le programme en détail de l’Alhambra sur leprogramme.ch ou sur le site www.alhambra-geneve.ch

Concours de Genève 2017L’OCG - Dialogues en concert