Publié le 25/07/2019 à 18:43

Le TFM et les rêves de révolution

«Pour que l’art surgisse, il faut plus qu’un désir: un désir furieux. Un furieux désir de théâtre ou de danse, de musique ou de cirque, que sais-je!»

 

La saison 2019-2020 du Théâtre Forum Meyrin TFM) a donné lieu, en juin, à un spectacle riche d’invités, de vidéos, de chansons, et, en ouverture, d’une surprise: une jeune femme, prénommée Romane, a délivré un cri du cœur: «Le monde autour de nous, partout où on regarde, l’environnement, l’égalité, le système, les lois, rien ne va. La seule solution, c’est de tout changer radicalement.» Son adresse, à visionner dans son intégralité sur le site du TFM, entre en résonance avec l’intitulé de la saison: «Un furieux désir de révolution».

Celle-ci se décline en 39 propositions. Des noms connus, des artistes déjà venus à Meyrin, et des découvertes. Du cirque, du théâtre, de la musique, du chant, de la danse. Et régulièrement un mélange de l’un et de l’autre. La saison 2019/2020 sera révolutionnaire, mais aussi généreuse et colorée.

 

 

 

 

«Un furieux désir de révolution». La directrice Anne Brüschweiler s’est chargée d’expliciter cette dénomination, qui s’est imposée lors de la préparation de la saison: «Pour que l’art surgisse, il faut plus qu’un désir: un désir furieux. Un furieux désir de théâtre ou de danse, de musique ou de cirque, que sais-je. Yoann Bourgeois qui ouvre notre saison dit que son travail sur le saut, la chute, le suspend, est né d’une prise de conscience qui lui est venue très tôt: quel que soit le temps qu’elle durerait, sa vie serait trop courte. Il fallait donc désamorcer le temps. Et ses créations ne disent que ça: un furieux désir de suspendre le temps. Or voilà que s’est présenté un autre spectacle au titre plein de promesse: J’ai rêvé la révolution. Il raconte les derniers jours d’Olympe de Gouges, considérée parfois comme la première féministe. Elle est l’auteure d’une Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne, parue en 1791, deux ans après la révolution et la Déclaration des Droits… de l’Homme. Son engagement lui a valu d’être exécutée deux ans plus tard. Me voici donc prise entre un furieux désir de bonheur et un rêve de révolution… Quoi faire ? Les garder tous les deux.»

 

Les rendez-vous du cirque

 

Pour toucher au bonheur dans ce qu’il a d’universel, le TFM fait souvent appel au cirque. Anne Brüschweiller: «Pas besoin de maîtriser le français, ni aucun code particulier pour prendre plaisir à un spectacle de cirque. C’est varié, dynamique, fondé sur l’esprit d’équipe… Bref, le cirque, c’est un état d’esprit, qui va à Meyrin comme un gant de soie sur des mains soignées.»

 

Le Cirque Aïtal - Saison de cirque (du 26 au 29 septembre) – incarnera tout cela avec une ribambelle d’artistes et d’un orchestre. Et tout au long de la saison, les arts circassiens seront présents – Hêtre et Phasmes, (dès 8 ans, le 9 octobre), Gadoue, (dès 5 ans, les 8 et 11 janvier 2020), inTarsi, (le 17 mars 2020), La Spire (les 1er et 2 mai 2020).

 

 

Pour petits et grands enfants

 

Et l’espace entre l’exigence de la danse et la prouesse du cirque est parfois mince. Il s’estompe devant la poésie et le caractère spectaculaire de Amor (le 29 octobre), Un break à Mozart 1.1, (le 20 novembre), ou Threshold, (du 17 au 19 décembre), ou encore My Land (le 14 janvier 2020. Pour commencer.

 

Sensiblement, l’évocation du cirque appelle celle des spectacles pour familles. Le TFM annonce une quinzaine de propositions. D’une évocation imagée et didactique des choses de la nature, La République des abeilles (dès 7 ans, le 13 novembre), au spectacle foutraque et participatif Cette année, Noël est annulé, (les 7 et 8 décembre). Pour les plus petits, dès 3 ans – à vos agendas! - Pierre et Le Loup (le 19 février 2020) et 12 petits mois (le 1er avril 2020.)

 

Entre théâtre et musique

Pluridisciplinarité encore, le TFM explore aussi le potentiel du théâtre musical. Histoire mise en musique, et musiques en histoires se répondent, de l’autobiographie jazz de A Concert Called Landscape (le 16 octobre), à la rencontre de la science-fiction et de la musique venue d’ailleurs, Martien Martienne (le 26 novembre). De la création d’une fiction à partir d’un corpus d’airs baroques, Songs (les 30 et 31 janvier 2020) au fin biopic de la famille Mendelsshon, Fanny et Félix, 26 février 2019.

 

Entre chansons et textes, 1+1 feront aussi bien davantage que 2 avec Andando (le 24 mars 2020) où des textes de Federico García Lorca sont assemblés pour raconter l’histoire de six sœurs qui échappent au joug familial alors que l’Espagne s’engage dans la guerre civile.

 

Dans sa présentation, Anne Brüschweiler a évoqué chacune des 39 propositions du programme. Une telle générosité ne peut être ici défiée. Mentionnons quelques spectacles hors-normes, tel l’adaptation par Emmanuel Meirieu de La Fin de l’homme rouge de Svetlana Alexievitch. Extrait: «Mon père s’est mis vraiment à croire au communisme le jour du vol de Gargarine dans l’espace.» Le spectacle convie sur scène les voix de celles et ceux qui n’ont jamais vraiment pu ou voulu atterrir.

 

 

L’écriture de l’Art Brut

 

Autre proposition inattendue, Jacqueline – Ecrits d’Art Brut, (le 29 février 2020) dans lequel le comédien Olivier Martin-Salvan lit les pendants littéraires des œuvres plastiques de l’art brut. «Un metteur en scène m’a dit que j’étais un des seuls acteurs qui avait les mollet entraînés pour aller gravir ces monts escarpés. Ce sont des textes très complexes, qui demandent un peu de lâcher prise. L’expérience sera puissante, c’est une matière que j’ai envie de faire entendre.»

 

Dans le domaine de la chanson, Maria de la Paz chantera l’américano-mexicaine Lhasa (le 10 mars 2020). «Les gens qui m’avaient accueilli en Suisse m’avaient fait découvrir le CD. Cela marqué en profondeur, même si je ne savais pas trop pourquoi. Mais Lhasa parle de l’humain, de la tristesse, du bonheur, de l’expérience...»

 

Constellation Barbara

 

Un grand événement tournera autour de la mémoire de Barbara. La chanteuse, disparue en 1997, a inspiré un spectacle à Thoma Jolly, Un jardin de silence (le 25 avril 2020). Deux de ses participants, le pianiste et chanteur Babx (David Babin) et la chanteuse L (Raphaële Lannadère) sont familiers de l’oeuvre de Barbara. Ils proposeront respectivement un concert (Babx, le 23 avril 2020) et un tour de chant (L, le 28 avril 2020) qui complètent une approche multiple et généreuse de cette grande dame de la chanson.

 

Vincent Borcard

 

Théâtre Forum Meyrin
 

 

L'OCG - Qui a peur de la Dame Blanche?Tiwayo - EpicentreTFM - Saison de cirque