Publié le 17/06/2019 à 11:20

La B.O. de Genève en été

Musiques en été est traversé cette année par quatre champs programmatiques: des artistes engagés, des atmosphères envoûtantes, des invitations au voyage, des monstres sacrés. Et pourquoi pas les quatre à la fois?

 

Musiques en été, le programme des concerts proposés par la Ville de Genève, demeure un argument très convaincant pour ne pas quitter la région en juillet et en août! Les scènes pourvoient aux voyages avec la promesse d’immersions au Brésil, en Colombie, dans la Grèce des villes, l’Angleterre des clubs, comme dans l’Orient des esprits, de la musette colombienne au hip-hop chilien. La variété des destinations a été soignée, avec, pour lancer le festival, l’invitation d’aurores boréales (virtuelles), le 5 juillet à la verticale de la Scène Ella Fitzgerald (SEF) du Parc de La Grange!

Les concerts gratuits auront pour cet écrin verdoyant, les concerts payants auront lieu à l’Alhambra (Alh). Ceux-ci concernent en priorité des ouvertures sur les champs du classique – de la musique baroque au contemporain – et du jazz, parfois d’ascendance note bleue, parfois fortement métissé. Musiques en été a même son opéra (de chambre) Cosi fan tutte, de Wolfang Amadeus Mozart, du 9 au 13 juillet (Alh).

 

Au delà des genres musicaux, les programmateurs ont tenu à mettre en avant des esprits qui les transcendent. Leur première catégorie trans-genre serait celle des publics cibles. Il n’est pas question ici de musiques exclusives, mais plutôt de propositions soutenues par une ou des idées fortes, voire un discours engagé. C’est certainement le cas d’Ana Tijoux (10 juillet, SEF), incarnation chilienne d’un hip-hop féministe et altermondialiste. Ses parents avaient fui la dictature, elle vient rendre compte de 20 ans de rap sudaméricain.

 

La parole aux femmes

Sur le terrain du bluegrass, Della Mae (31 juillet, SEF) impose aussi, incidemment un discours d’égalité. «C’est un genre musical où les femmes sont surtout chanteuses. Ici instrumentistes, elles remettent totalement en cause ce stéréotype en mettant en avant leur virtuosité dans une formule très rapide», précise Jakob Graf, programmateur des musiques actuelles.

Dans cette catégorie rentre très naturellement le projet ORPHEUS XXI, au sein duquel sont réunis des musiciens kurdes, syriens, soudanais, afghans et arméniens, qui ont en commun d’avoir récemment émigrés en Europe (SEF, 9 août).

 

 

Le choix des aînés

Le classique n’est pas en reste avec le récital de la soprano Bénédicte Tauran et de la pianiste Marie-Cécile Bertheau, consacré exclusivement à des compositrices, surtout françaises (18 juillet, Alh). Plus originale encore, la proposition de la Camerata du Léman (20 août, Alh), assortie d’un fort cri du coeur de la programmatrice Eve-Anouk Jebejian: «Dans le milieu, il n’est question que de rajeunir le public classique. En réaction à cette crise de jeunisme, il me semble salutaire de valoriser un public fidèle et connaisseur, celui des aînés. Cela nous a amené à collaborer avec Cité Seniors pour la création d’un comité de programmation, qui travaillera avec la direction du choeur aux choix des œuvres qui seront interprétées ce soir-là.»

Le jazz alimente cette catégorie via Gurls (29 juillet, Alh), super-groupe et trio de jazzwomen nordiques, célébrées partout où elles se produisent avec une formule jazz-soul épicée d’humour et d’ autodérision.

 

OSR: Le crépuscule du 100e

Le deuxième corpus du programme sera envoûtant et mystique (ou ne sera pas). L’ouverture du festival et ses aurores boréales conçues par Dan Asher seront accompagnées par l’OSR, qui clôturera sous la direction de Jonathan Nott les célébrations de son 100e anniversaire avec un répertoire adapté à l’événement – Olivier Messiaen, Arvo Pärth, Richard Wagner… Autre type d’envoûtement avec le Bobo Stenson Trio (8 juillet) et ses trente ans à façonner et servir l’identité et la richesse d’un jazz européen, nordique, souvent relayé par le label ECM.

Un OVNI très attendu du programme, le Origami Harvest de Ambrose Akinmusire organise la rencontre de l’improvisation d’un trio de jazz et la précision d’un quatuor à cordes classique. Et d’un rappeur (le 12 juillet SEF).

 

 

Piano/Solo/Post-minimalisme

Les adjectifs envoûtant et mystique conviendront-ils Vanessa Wagner? Dans un récital de piano, l’interprète n’en visitera pas moins un répertoire d’oeuvres post-minimaliste répétitif – Philipp Glass, Meredith Monk, Moondog - pour une proposition rare à déguster dans la fraîcheur de l’Alhambra, à la mi-août (le 15!)

Le troisième corpus d’artistes regroupe des invitations aux voyages, des ouvertures sur la musique des horizons lointains, mais aussi dans le temps, à la découverte d’un répertoire, ou au plaisir de sa réappropriation. La présence d’une reine du fado – si le fado à des reines… - Ana Moura (14 août, SEF) incarne ce troisième groupe. Garant d’un univers, le Pérez-Cohen-Potter Quintet, supergroupe du jazz en 2019, l’est tout autant (15 juillet, Alh). Tout comme le roi des carnavals de Barranquilla, Juan Pina (17 août, SEF), ou Marina Satti (7 août, SEF), une grecque moderne, qui évoque la crise dans une formule qui accommode pop et chant polyphonique. Son autre versant serait sans doute Florian Noack (23 juillet, Alh), jeune prodige du piano, passionné d’oeuvres rarissimes des répertoires romantiques et post-romantiques, dont il retravaille parfois les partitions...

 

La part des rois

La quatrième part du gâteau proposé par Musiques en Eté est celle des grands classiques. Kenny Garrett, héritier des grands saxophonistes de l’âge d’or du jazz (22 juillet, Alh), est l’un d’entre eux, Le Quatuor Diotima (30 juillet, Alh), qui jettera un pont entre la Vienne du XIXe siècle et celle du XXe sera notre incarnation classique d’un monstre sacré…

… Mais cette liste, plus incomplète que sélective, a fait l’impasse sur nombre de propositions aussi enthousiasmantes que formidables. Elle ne peut donc qu’encourager le lecteur à s’élancer à la découverte du programme complet, qui demeure (bis) une forte invitation à repousser les vacances à plus tard.

 

Vincent Borcard

 

Musiques en Eté, Genève, du 5 juillet au 22 août 2019
www.musiquesenete.ch

Informations, réservations au 0800 418 418 ou, depuis l’étranger: +41(0)22 418 36 18 (payant)

Musiques en Eté 2019