Théâtre

Terminus | Lorànt Deutsch et Maxime d’Aboville

| Théâtre

D'Antoine Rault, mise en scène Christophe Lidon
Avec Maxime d’Aboville, Valérie Alane, Chloé Berthier, Lorànt Deutsch et Bernard Malaka

Terminus, une pièce d'Antoine Rault mise en scène par Christophe Lidon à découvrir à l'Espace Vélodrome de Plan-les-Ouates le 7 décembre 2018.

Loin des acclamations de ses plus grands succès, Georges Feydeau mélange un peu les affres de son quotidien et les tumultes de ses personnages. Quand la folie de l’auteur rencontre la folie de son œuvre…

Depuis plusieurs années, Antoine Rault offre à de grands acteurs des parcours majestueux, qu’ils soient historiques ou intimes. Avec Terminus, il nous soumet une drôle d’idée: organiser la rencontre de Feydeau, le magicien des planches, avec ses personnages, tous issus de ses troubles les plus profonds. En rendant palpable le lien qui unit l’auteur et ses histoires, aussi inattendues que grotesques, et qui ont fait rire des générations de spectateurs, c’est toute la "mécanique Feydeau" qui est ici disséquée pour notre plus grande surprise. Un mode d’emploi bien ef cace qui permet une mise en scène aussi rythmée qu’onirique et des interprétations tout en excès et gourmandises, pour des acteurs débridés et audacieux.

Si nous le connaissons plutôt pour ses rôles au cinéma (Le Ciel, les Oiseaux et… ta mère!, Ripoux 3, 3 zéros) ou plus récemment pour ses ouvrages sur l’Histoire de France, Lorànt Deutsch a incarné de nombreux personnages au théâtre. Il a notamment interprété Mozart avec Jean Piat et joué dans la pièce d’Oscar Wilde, L’Importance d’être Constant. Le revoici donc sur les planches, aux côtés de Maxime d’Aboville, Molière de comédien en 2015 pour son rôle dans The Servant, Chloé Berthier, que l’on retrouve autant au théâtre, que dans des films ou au doublage, ainsi que Valérie Alane et Bernard Malaka, qui ont déjà travaillé à de nombreuses reprises avec le metteur en scène, Christophe Lidon.


Voir les infos pratiques
L’Orchestre de Chambre de Genève - Destination Tango