Pluridisciplinaire

Laurie Anderson | The Language of the future

| Théâtre | Musique

Laurie Anderson présentera son spectacle The Language of the future au Théâtre du Léman à Genève le 18 octobre 2018.

Artiste, compositrice, chanteuse, violoniste, icône de l’avant-garde artistique new-yorkaise des années 1970 et 1980 et créatrice américaine aujourd’hui parmi les plus respectée, Laurie Anderson s’est illustrée depuis ses débuts par une utilisation malicieuse de la technologie et une réflexion singulière autour du langage, généralement appliquée à des performances multimédia, mais également à des écrins plus pop, en format disque. Son travail se situe ainsi au croisement des mondes de l’art, de la littérature, du théâtre et de la musique expérimentale.

De son premier album Big Science (1982), le grand public reconnaîtra volontiers le tube que fut O Superman. Mais sa discographie comprend également la bande-son de son propre long-métrage Home of the Brave (1986) ou encore Life on a String (2001). Ses performances live vont de la simple lecture au spectacle multimédia complexe, tel Songs and Stories for Moby Dick (1999). Anderson a également publié sept livres et son travail plastique a fait l’objet d’expositions dans des institutions prestigieuses du monde entier. Elle a collaboré avec William Burroughs, Brian Eno, Peter Gabriel, Robert Wilson, Nam June Paik, Philip Glass, Ryuichi Sakamoto et Lou Reed.

En février 2018, Nonesuch Records sort Landfall, une collaboration entre Laurie Anderson et Kronos Quartet. Composée sur demande du Kronos Quartet, cette œuvre s’inspire des effets dévastateurs de l’ouragan Sandy en 2012. Parallèlement, la maison d’édition Rizzoli publie All the Things I Lost in the Flood, un ouvrage d’images accompagnée d’une série d’essais, multipliant les points d’entrées autour de la thématique.

Laurie Anderson présentera pour la première fois à Genève, The Language of the Future, une combinaison de lecture, d’électronique et de violon, qui transcende les frontières entre rêve, réalité et le monde élusif de l’information.


Voir les infos pratiques

Un trou noir qui absorbe tout


Un trou noir qui absorbe tout

A LA DÉCOUVERTE DES BEAUX SPECTACLES QUE VOUS NE VERREZ PAS CE PRINTEMPS! Du 24 au 26 avril, le Théâtre Am Stram Gram devait présenter Nous dans le désordre, de Estelle Savasta, qui raconte l’histoire d’un adolescent qui décide de rester couché et de ne plus communiquer, déclenchant une foule de réactions dans son entourage.

La Guerre d’Espagne vue depuis la cuisine


La Guerre d’Espagne vue depuis la cuisine

A LA DÉCOUVERTE DES BEAUX SPECTACLES QUE VOUS NE VERREZ PAS CE PRINTEMPS! Pour vous le faire encore davantage regretter, et vous distraire, leprogramme.ch donne la parole aux artistes et créateurs des spectacles annulés. Dans Frères, attendu au TMG du 25 au 29 mars 2020, la Cie Les Maladroits devait raconter la Guerre d’Espagne et son cortège d’atrocités avec du sucre et du café.

L’OSR avec Mahler et Piemontesi en 2020-2021


L’OSR avec Mahler et Piemontesi en 2020-2021

INTERVIEW. Steve Roger, directeur général de l’Orchestre de la Suisse Romande (OSR), présente la Saison 2020-2021. Celle-ci verra Jonathan Nott diriger notamment plusieurs oeuvres de Gustav Mahler.

Oser l’espoir en réalité augmentée


Oser l’espoir en réalité augmentée

INTERVIEW. Le directeur Aviel Cahn et la dramaturge Clara Pons présentent la saison 2020-2021 du Grand Théâtre de Genève. Photo: Pélleas et Mélisande, de Claude Debussy, à découvrir du 18 au 28 janvier 2021.

A la vivante mémoire de nos pères


A la vivante mémoire de nos pères

A LA DÉCOUVERTE DES BEAUX SPECTACLES QUE VOUS NE VERREZ PAS CE PRINTEMPS! leprogramme.ch donne la parole aux créateurs des spectacles annulés. Avec Partir, Jean-Daniel Piguet devait interroger l’humain face à la mort, du 15 au 26 juin au Grütli

LEPROGRAMME.CH EST SUR FACEBOOK


leprogramme.ch - facebook
leprogramme.ch - twitter

Les réseaux sociaux, nous on s’en sert pour vous offrir des places de spectacles ! A la Comédie de Genève, au Loup, au Poche, au Théâtre Am Stram Gram, à l’ADC...