Théâtre

La Fin de l’homme rouge

| Théâtre

D’après le roman de Svetlana Alexievitch – Adaptation, mise en scène, Emmanuel Meirieu
Avec Stéphane Balmino, Évelyne Didi, Xavier Gallais, Anouk Grinberg, Jérôme Kircher, André Wilms, Maud Wyler

La Fin de l’homme rouge, une adaptation d'Emmanuel Meirieu de l'ouvrage de Svetlana Alexievitch, avec Anouk Grinberg, à découvrir au Théâtre Forum Meyrin les 1er et 2 novembre 2019.

Ils n’arrivent pas à s’en remettre. Ils vivaient une belle idée, celle qu’un jour, les petites gens qui ne sont rien deviendraient tout. Et maintenant, leur grande utopie s’est envolée. Ils ne peuvent même plus en rêver. Journaliste, écrivaine et prix Nobel de littérature en 2015, Svetlana Alexievitch a recueilli les voix de dizaines d’hommes et de femmes restés éperdument orphelins de l’URSS. Elle leur a posé des questions sur l’amour, la jalousie, l’enfance, la vieillesse, la musique, les coupes de cheveux. Connaissaient-ils les crimes de leurs gouvernements? Bien sûr, et ils étaient horrifiés. Mais à la cuisine, autour de la table, il y avait des rires, de la joie, on lisait des livres ensemble, on se tenait chaud. Fini tout ça. La table a été emportée par un torrent d’eau glacée.

Voilà dix ans qu’Emmanuel Meirieu adapte des romans pour la scène. Seuls devant un micro, ses comédiens portent les émotions d’individus livrés à un destin qui les dépasse. Dans La Fin de l’homme rouge, Svetlana Alexievitch a construit une polyphonie de confessions solitaires dans lesquelles le récit de la vie quotidienne s’imbrique dans la grande histoire. Emmanuel Meirieu excelle dans l’art de porter au théâtre des voix qui sont nées d’abord dans des livres. Après avoir adapté De beaux lendemains, Mon traître ou encore Birdy, il a su tirer de La Fin de l’homme rouge sept paroles vraies, de toutes les générations, qu’une distribution exceptionnelle nous livre comme des diamants bruts.

En relation avec ce spectacle: "Idéal, engagement, déception", rencontre avec Émilie Qiao-Tasserit, doctorante en neurosciences, Faculté de médecine et CISA, UNIGE


Voir les infos pratiques

Rendez-vous avec des désastres


Rendez-vous avec des désastres

Mardi 3 mars, au Bâtiment des Forces Motrices, L’Orchestre de Chambre de Genève (L’OCG) interprète Richard Strauss et Ludwig van Beethoven, sous la direction de Gergely Madaras. Le jeune chef d’orchestre hongrois n’est pas un inconnu à Genève. Il dirige cette fois-ci deux chefs-d’oeuvres héroïques et tragiques.

 

Face à Moloch (au bureau)


Face à Moloch (au bureau)

Du 18 février au 1 mars, le Théâtre du Loup invite à se plonger dans l’enfer du travail. Pour rire. Avec Je préférerais mieux pas, l’auteur Rémi de Vos et le metteur en scène Joan Mompart mettent le doigt sur les ravages du soft-power au troisième millénaire.

Aux miroirs de Louise Bourgeois


Aux miroirs de Louise Bourgeois

Pour Louis(e), création autour de la figure de l’artiste Louise Bourgois, Rachel Gordy et Thrisha Leys se sont plongée dans ses journaux intimes, son œuvre... Résultat: un sensible portrait dévoilant des facettes peu connues de l’une des sculptrices et plasticiennes majeures du siècle dernier. A découvrir au Grütli, du 24 février au 8 mars.

Où sont passées les luttes d’antan?


Où sont passées les luttes d’antan?

Que reste-il de la révolution? Avec Manifesto(ns)! un corpus de textes a été confié à Sarah Calcine et Joséphine de Weck, avec mission d’en faire des spectacles. Elles ont cherché des résonances et réalisé deux montages qui se répondraient d’autant mieux qu’ils seraient différents. Leurs réponses composent avec la nostalgie, la tendresse, l’humour. A découvrir du 17 février au 1er mars au POCHE.

LEPROGRAMME.CH EST SUR FACEBOOK


leprogramme.ch - facebook
leprogramme.ch - twitter

Les réseaux sociaux, nous on s’en sert pour vous offrir des places de spectacles ! A la Comédie de Genève, au Loup, au Poche, au Théâtre Am Stram Gram, à l’ADC...

Trisha Leys - GrütliLes Huguenots - Grand Théâtre de GenèveLes beaux jours - Les Amis musiquethéâtre