Pluridisciplinaire

Et j’ai crié, Aline | Thierry Romanens - Ramuz

| Théâtre | Musique

Alexis Gfeller, piano - Fabien Sevilla, contrebasse - Patrick Dufresne, batterie

Et j’ai crié, Aline, un spectacle chanté de Thierry Romanens d'après Ramuz, à découvrir le 6 février 2020 au Théâtre Forum Meyrin (TFM).

Dans la chanson de Christophe, Aline est un visage dessiné sur le sable et un prénom crié-é, crié-é pour qu’elle revienne. Mais ce titre en forme de clin d’œil anachronique recouvre un autre récit, plus ancien et bien plus tragique. Car Aline est aussi le prénom donné par Charles Ferdinand Ramuz à l’héroïne de son premier roman, paru en 1905. Il raconte l’histoire d’une fille de la campagne, pauvre et naïve, qui tombe amoureuse d’un fils de paysan aisé. Ayant profité d’elle, il se lasse et l’abandonne, alors qu’elle est enceinte.

À partir de là, le drame est programmé, la mort rôde. «L’histoire est tragique, mais le spectacle ne le sera pas», promet Thierry Romanens, qui clôt avec Ramuz le troisième volet d’une trilogie inaugurée en 2012 avec Voisard, puis Echenoz en 2017. Et comme on ne change pas une équipe qui gagne, il reprend dans son sillage le trio de post-jazz Format A’3: Alexis Gfeller au piano, Fabien Sevilla à la contrebasse et Patrick Dufresne à la batterie. «Ni la littérature ni la musique ne changent le monde, soupire Romanens, mais elles peuvent alléger quelque peu notre désespoir...» Espérons!

En relation: "Ne rentrez pas chez vous après le spectacle, restez faire la fête avec nous!" Aux platines, la DJ Fanny Fanny


Voir les infos pratiques

Baiju Bhatt & Red Sun: un soleil pour JazzContreBand


Baiju Bhatt & Red Sun: un soleil pour JazzContreBand

Le violoniste Baiju Bhatt et la formation Red Sun seront très présents au fil du festival JazzContreBand (à suivre du 1er au 31 octobre), avec quatre concerts au programme – suivis par d’autres dates en novembre. Le violoniste évoque ici un jazz entre deux cultures et les promesses d’un deuxième album attendu plus personnel et plus dépouillé.

Les Helvètes, martyrs oubliés de l’identité suisse


Les Helvètes, martyrs oubliés de l’identité suisse

Du 22 septembre au 11 octobre, Dominique Ziegler embrasse la Guerre des Gaules. En 58 av. J.-C., Jules César veut une guerre pour conforter son pouvoir. A la même époque, les Helvètes émigrent. Le destin les confronte. Divisions, trahison et coups de théâtre sont au menu d'Helvetius. Entretien.

LEPROGRAMME.CH EST SUR FACEBOOK


leprogramme.ch - facebook
leprogramme.ch - twitter

Les réseaux sociaux, nous on s’en sert pour vous offrir des places de spectacles ! A la Comédie de Genève, au Loup, au Poche, au Théâtre Am Stram Gram, à l’ADC...

Comédie - automne 20Alhambra - oct-nov-decGrutli- octobre