Théâtre

Amour Toujours | Locus Solus

| Théâtre

Mise en scène Thierry Bordereau
Avec Réjane Bajard, Pierre Germain, Fabien Grenon ou Thierry Bordereau et Thierry Vennesson

Amour Toujours, un spectacle de de la plateforme Locus Solus à découvrir au Château Rouge à Annemasse le 26 mai 2018 dans le cadre du Festival Friction(s) 2018.

"Ici comme ailleurs, quoi faire pour tromper son ennui et éteindre l’impatience de vivre qui brûle à l’intérieur de soi? Quoi faire pour se donner une raison de voir plus loin que demain, ou au-delà des arbres à l’horizon.

Ici on a fait le choix de se taper dessus, on fait ça depuis toujours, le désir de vengeance est une drogue dure, difficile de résister à la tentation de déchirer la chair de l’autre.

Mais, au cœur des ténèbres, la lumière de deux amants que tout sépare: Roméo et Juliette deux surdoués de l’amour qui outrepassent les règles. Ce qu’il adviendra qu’importe, flower power, faites l’amour, pas la guerre, après tout pourquoi pas…

Une trace directe, un extrait en forme de traversée, une essence…, tout Romeo et Juliette en 50 minutes.

Et puis les sensations fortes d’un théâtre des corps qui ne mâche pas ses mots et qui se joue au ras du regard des spectateurs pris dans le tourbillon d’un jeu qui prend plaisir à passer de l’excès à la retenue, du rire aux larmes, du grotesque au sacré. Et des vieux qui jouent aux jeunes pour redonner toute sa sève à cette histoire que tout le monde croit connaitre. Qu’ont-elles à nous dire encore les vieilles histoires de théâtre? Surtout quand on croit les connaître par cœur…

Qu’importe au fond leur contenu, les personnages, les péripéties, c’est leur énergie enfouie qui palpite encore, leur vitalité enfouie prompte à se réveiller qui nous intéresse.

L’histoire est un prétexte pour mettre en jeu des corps portés par la peur suscitée par le regard des spectateurs tout autour dans cet espace bi-frontal, puisant en eux l’énergie de porter une parole qui les dépasse. Voilà la seule histoire qui nous intéresse, comment nait la vie de ce qui n’est plus, comment la parole et le jeu du théâtre anime le corps et lui donne vie dans ce qu’il peut avoir de repoussant ou de follement désirable. Comment cette histoire, Roméo et Juliette, que tout le monde connait ou croit connaitre peut-elle encore receler en elle le pouvoir de nous emporter dans le tourbillon de ses excès, dans le vertige du grotesque et du sacré ou tout devient permis.

OUI nous sommes des nécrophiles. Nous n’avons pas l’âge de Roméo et Juliette et alors?
A presque 50 ans, nous voulons jouer leur histoire parce que cette vie est en nous et qu’elle demande à exister sous toutes ses formes. Au diable les corps purs, il nous font peur, l’amour nait de nos misères, notre vie est là."


Voir les infos pratiques

La grande peur dans le petit bassin


La grande peur dans le petit bassin

Jusqu’au 16 décembre, le POCHE /GVE plonge dans La résistance thermale. Le temple du wellness est un lieu d’habitudes. Mais celles-ci sont menacées par une offre de rachat. Lorsque la grande peur descend vers le bassin bouillonnant, l’esprit des Alpes indomptables s’empare d’un maître-nageur. Sera-t-il suivi par le masseur? Par les curistes? Les faux-semblants de la langue de Ferdinand Schmalz font des bulles.

EF_Femininity: débat de genre au Grütli


EF_Femininity: débat de genre au Grütli

Enfants, ils se rêvaient filles. Les chorégraphes Marcel Schwald et Chris Leuenberger présentent EF_Femininity les 15 et 16 octobre au Grütli, Centre de production et de diffusion des Arts vivants à Genève, un spectacle créé avec la journaliste Shilok Mukkati, l’artiste performeuse Living Smile Vidya et la chorégraphe Diya Naidu, trois activistes indiennes pour la reconnaissance de leur propre féminité.

La douceur des chambres froides


La douceur des chambres froides

Mourir, dormir, rêver peut-être invite aux pompes funèbres. Pile une visite documentée sur le travail des employés et leur compagnonnage avec les morts, face la découverte de la sensibilité et des questionnements de ces professionnels du passage vers le grand inconnu. Personne avant Denis Maillefer n’avait présenté Charon sous des traits aussi doux. A découvrir pour l’éternité, mais jusqu’au 21 octobre à la Comédie de Genève.

LEPROGRAMME.CH EST SUR FACEBOOK


leprogramme.ch - facebook
leprogramme.ch - twitter

Les réseaux sociaux, nous on s’en sert pour vous offrir des places de spectacles ! A la Comédie de Genève, au Loup, au Poche, au Théâtre Am Stram Gram, à l’ADC...

Théâtre Forum Meyrin - Le Triomphe de l’amourConcours de Geneve 2018