Danse

Yasmine Hugonnet | Chro no lo gi cal

| Danse | Contemporaine

Interprétation: Ruth Childs, Audrey Gaisan-Doncel, Yasmine Hugonnet

Yasmine Hugonnet présente Chro no lo gi cal, une chorégraphie à découvrir du 9 au 12 octobre 2019 à l’ADC, Genève.

Pour Yasmine Hugonnet, chaque corps est un instrument chorégraphique et musical. Elle en explore les gestes, les sons et expressions.

Trois années de recherches solitaires en studio donnent lieu à La Traversée des langues, en 2015. La chorégraphe propose une voix aux langages du corps introduisant l’étonnante ventriloquie comme mouvement sonore. Deux ans plus tard, son solo Le Récital des postures présente un nouvel alphabet parfois drôle et incongru. «Cette fameuse posture, c’est une attitude physique, psychique, politique… au-delà de l’idée de forme, c’est un langage, c’est mon cœur de travail. Maintenant, j’ai le sentiment de parler au monde.»

Le Prix suisse de danse l’a entendue, qui vient la récompenser en 2017 pour les propositions innovantes de ses créations. Chro no lo gi cal s’inscrit dans la ligne sobre de cette écriture chorégraphique, il en est la suite et la résultante. Troisième titre sonore dans lequel vient s’inviter le temps, Chro no lo gi cal, compte cinq syllabes et quatre intervalles, ou pauses, ou souffles qui rythment le spectacle et donnent le ton. La scénographie, conçue par Nadia Lauro, est constituée de 3 niveaux ascendants qui prolongent la pente du gradin vers le lointain. Trois danseuses évoluent sur les paliers de cet espace, sorte d’architecture géothermique. Des récitantes dont la bouche ne s’ouvre pas mais dont le corps parle, littéralement.

Voix invisibles et incarnées qui interrogent l’espace. Où nous emmène ce choeur dont les gestes accompagnent les sons et auquel les sons dictent les mouvements? Les voix montent mais pas le geste qui suit les tempos inattendus d’une chronologie sans logique. Ruth Childs, Audrey Gaisan Doncel et Yasmine Hugonnet évoluent dans cet intervalle d’attente où tout est aussi déconstruit que dans l’intimité de nos pensées: des tableaux, des nus, des robes de velours et des voix surgissent lentement, se développent et s’accrochent à nos propres images.

Chro no lo gi cal tire ainsi le fil d’une narration dans cette abstraction intime dans laquelle excelle Yasmine Hugonnet: mesurée, concise, étonnamment foisonnante.


Voir les infos pratiques
Grütli - octConcert du dimanche - ZHdK