Danse

Robot, l’amour éternel | Kaori Ito

| Danse | Contemporaine

Texte, mise en scène et chorégraphie Kaori Ito

Robot, l’amour éternel, une pièce chorégraphique de Kaori Ito à découvrir à l'ADC à Genève du 8 au 18 mai 2018.

"Il y a des danseurs qui dansent avec leur peau, d’autres avec leurs muscles.
 En tant que chorégraphe, je cherche à danser avec mes os."

Interprète merveilleuse, Kaori Ito, rappelez-vous, se jouait dans Plexus d’Aurélien Bory d’une forêt de lianes synthétiques, virtuose comme une androïde. Déjà, la recherche de la gravité, d’un dialogue entre l’espace et le corps vide, et la simulation parfois d’une danse macabre même si l’humour est une joie qu’elle voudrait faire partager.

Dans ce nouveau solo, la chorégraphe poursuit cette exploration des contours de l’humanité et des possibilités du corps, animé comme inanimé.
 

 
 Autour du spectacle 

Rencontre public-artiste, le mercredi 9 mai.
Atelier d’écriture, jeudi 17 mai à 19h30.
À la découverte de la danse contemporaine, vendredi 18 mai, “La danse c’est…”.


Voir les infos pratiques

La grande peur dans le petit bassin


La grande peur dans le petit bassin

Jusqu’au 16 décembre, le POCHE /GVE plonge dans La résistance thermale. Le temple du wellness est un lieu d’habitudes. Mais celles-ci sont menacées par une offre de rachat. Lorsque la grande peur descend vers le bassin bouillonnant, l’esprit des Alpes indomptables s’empare d’un maître-nageur. Sera-t-il suivi par le masseur? Par les curistes? Les faux-semblants de la langue de Ferdinand Schmalz font des bulles.

EF_Femininity: débat de genre au Grütli


EF_Femininity: débat de genre au Grütli

Enfants, ils se rêvaient filles. Les chorégraphes Marcel Schwald et Chris Leuenberger présentent EF_Femininity les 15 et 16 octobre au Grütli, Centre de production et de diffusion des Arts vivants à Genève, un spectacle créé avec la journaliste Shilok Mukkati, l’artiste performeuse Living Smile Vidya et la chorégraphe Diya Naidu, trois activistes indiennes pour la reconnaissance de leur propre féminité.

La douceur des chambres froides


La douceur des chambres froides

Mourir, dormir, rêver peut-être invite aux pompes funèbres. Pile une visite documentée sur le travail des employés et leur compagnonnage avec les morts, face la découverte de la sensibilité et des questionnements de ces professionnels du passage vers le grand inconnu. Personne avant Denis Maillefer n’avait présenté Charon sous des traits aussi doux. A découvrir pour l’éternité, mais jusqu’au 21 octobre à la Comédie de Genève.

LEPROGRAMME.CH EST SUR FACEBOOK


leprogramme.ch - facebook
leprogramme.ch - twitter

Les réseaux sociaux, nous on s’en sert pour vous offrir des places de spectacles ! A la Comédie de Genève, au Loup, au Poche, au Théâtre Am Stram Gram, à l’ADC...

Théâtre Forum Meyrin - Le Triomphe de l’amourConcours de Geneve 2018