Danse

Molten | Edouard Hue

| Danse | Contemporaine

Avec Louise Bille, Gabin Corredor, Alfredo Gottardi, Edouard Hue, Neal Maxwell

Molten, une chorégraphie d'Edouard Hue à découvrir du 11 au 15 février 2020 au Théâtre de la Parfumerie, Genève.

Dans Molten, Edouard Hue délivre une vision du commencement de l’humanité, où toute sensation, à peine palpable, est à créer. Pour construire cet univers, le chorégraphe s’inspire des réactions chimiques qui changent la nature de la matière: la combustion, la corrosion, la respiration, la dissolution…

Les danseur.euse.s prennent la place d’atomes, électrons, noyaux et protons réagissant dans de multiples interactions chorégraphiques. Une sorte de laboratoire qui teste les expériences d’un chimiste fou dans un monde où tout est à découvrir.

Sans aucune limite, les corps sont ainsi transformés en entités de pures énergies. Animés par l’envie d’interagir à tout prix, les corps se meuvent dans des chorégraphies fusionnelles, parfois instables et synonymes de franches fractures.

Molten offre ainsi un regard sur la tentative d’un nouveau départ, celui de 5 danseur.euse.s à la recherche d’évolution – du corps, de sensations – et d’un franc renouveau du mot extase.

Dans la continuité de son travail, Edouard Hue recherche une virtuosité couplée à un engagement évident du corps. Les chorégraphies – seules ou en groupe – reflètent un instinct sauvage tout autant que précises et exigeantes.


Voir les infos pratiques

Sous le signe de Stravinsky et sa puissance expressive


Sous le signe de Stravinsky et sa puissance expressive

Threni est considérée comme l’œuvre religieuse la plus grandiose de Stravinski. Fort peu jouée, et toutefois monumentale par sa polyphonie, son utilisation aux couleurs incroyablement variées de chœurs mixtes spectaculaires, sa composition virtuose. L’Orchestre & Chœur de Chambre de la HEM interprète cette composition méconnue le 4 mars 2020 au Victoria Hall, Genève.

Rendez-vous avec des désastres


Rendez-vous avec des désastres

Mardi 3 mars, au Bâtiment des Forces Motrices, L’Orchestre de Chambre de Genève (L’OCG) interprète Richard Strauss et Ludwig van Beethoven, sous la direction de Gergely Madaras. Le jeune chef d’orchestre hongrois n’est pas un inconnu à Genève. Il dirige cette fois-ci deux chefs-d’oeuvres héroïques et tragiques.

 

Où sont passées les luttes d’antan?


Où sont passées les luttes d’antan?

Que reste-il de la révolution? Avec Manifesto(ns)! un corpus de textes a été confié à Sarah Calcine et Joséphine de Weck, avec mission d’en faire des spectacles. Elles ont cherché des résonances et réalisé deux montages qui se répondraient d’autant mieux qu’ils seraient différents. Leurs réponses composent avec la nostalgie, la tendresse, l’humour. A découvrir du 17 février au 1er mars au POCHE.

Face à Moloch (au bureau)


Face à Moloch (au bureau)

Du 18 février au 1 mars, le Théâtre du Loup invite à se plonger dans l’enfer du travail. Pour rire. Avec Je préférerais mieux pas, l’auteur Rémi de Vos et le metteur en scène Joan Mompart mettent le doigt sur les ravages du soft-power au troisième millénaire.

LEPROGRAMME.CH EST SUR FACEBOOK


leprogramme.ch - facebook
leprogramme.ch - twitter

Les réseaux sociaux, nous on s’en sert pour vous offrir des places de spectacles ! A la Comédie de Genève, au Loup, au Poche, au Théâtre Am Stram Gram, à l’ADC...

Dés-espoir - L'OCGElektrik - TFM