Danse

Emmanuel Eggermont | Aberration

| Danse | Contemporaine

Concept, chorégraphie et interprétation: Emmanuel Eggermont

Emmanuel Eggermont présente Aberration, une chorégraphie à découvrir du 15 au 19 janvier 2020 à l’ADC, Genève.

Il y a un an exactement, la scène de l’ADC accueillait Πολις (Polis) d’Emmanuel Eggermont, traité dansé d’urbanisme social plongé dans l’Outre-noir du peintre Pierre Soulage.

L’ADC reçoit la première d’Aberration, où le blanc est à l’honneur. La Méthode des Phosphènes, pièce pour jeune public que le chorégraphe crée en 2019, traite de ces phénomènes de rémanences de la lumière et de ses variations colorées appelées des phosphènes. C’est à l’optique encore que le chorégraphe emprunte le titre Aberration, une invitation à changer son regard. En physique, une aberration est un changement par rapport à un phénomène visuel acquis.

Sur scène Emmanuel Eggermont, la conçoit comme « une perturbation dansée invitant à opérer une balance des blancs, un nouvel étalonnage des émotions et à accueillir ses fragments désorganisés sans juger de leur cohérence. Un égarement chorégraphique provoquant une variation de sensations troublantes comme celle de s’être couché David Bowie et de se réveiller Ziggy Stardust.»

Cette translation, le chorégraphe l’opère avec les acteurs fidèles de sa compagnie l’Anthracite qui font de chacun de ses solos des pièces habitées. Les textures sonores du compositeur Julien Lerpreux, leur spatialisation, agissent comme un interprète supplémentaire. Il signait déjàles partitions des deux pièces précédentes du chorégraphe. Tout comme la photographe JihyéJung qui intervient sur la scénographie et le son avec une « batterie » de plusieurs appareils photos. Activés en direct, en simple prise ou en rafale, ils élaborent une partition musicale et visuelle.

Rythmes lumineux et sonores accompagnent le danseur dans l’exploration des sensations suscitées par l’inattendu ou l’impensable, ces déviations morales, économiques, écologiques, esthétiques qui forcent à voir et penser autrement. Les questions d’Aberration s’écrivent sur un livre blanc inspiré de Vassily Kandinsky: «Le blanc agit sur notre âme comme le silence absolu. Ce silence n’est pas mort, il regorge de possibilités vivantes. C’est un rien avant toute naissance, avant tout commencement.»


Voir les infos pratiques

Le patinage contemporain, une ode à la glisse


Le patinage contemporain, une ode à la glisse

Il y a une vie après Holiday On Ice. Du 17 au 19 décembre à la patinoire des Vergers à Meyrin, l’équipe du Patin Libre le prouve sur l’invitation du Théâtre Forum Meyrin. Threshold (Seuil), le dernier spectacle en date de la compagnie québécoise, permet de découvrir ce que ses créateurs ont baptisé le patinage contemporain. Pour tout public dès 6 ans.

Othello monte sur le ring


Othello monte sur le ring

Du 11 au 18 décembre, le Théâtre du Loup accueille I am not what I am. Cette retransposition de l’Othello de William Shakespeare proposée par le Rust Roest Kollectif replace l’action de la tragédie dans un vestiaire de boxe. Othello vient de remporter un combat. Son ex-entraîneur Iago, congédié va déchaîner sa haine. Il faut se préparer à prendre des coups.

Un conte cubiste pour les enfants


Un conte cubiste pour les enfants

Le monde est rond est le seul texte de Gertrude Stein à avoir été écrit spécifiquement pour les enfants. Il s’agit d’une sorte de conte cubiste où l’auteur joue avec les mots comme un peintre avec des couleurs, en se laissant porter par leur musicalité. Fascinée par ce texte, Eveline Murenbeeld le met en scène au Théâtre Saint-Gervais, du 6 au 15 décembre. Dès 8 ans.

Les Indes Galantes sur le chemin de la guerre


Les Indes Galantes sur le chemin de la guerre

Du 13 au 29 décembre, le Grand Théâtre de Genève invite au voyage avec Les Indes galantes, un opéra-ballet de Jean-Philippe Rameau dans une mise en scène de Lydia Steier. Avec cette œuvre où la danse et la voix sont à parité quasi complète, le Grand Théâtre inaugure une nouvelle ère de collaboration entre sa scène lyrique et sa compagnie de ballet.

La Misanthrope de Rebekka Kricheldorf


La Misanthrope de Rebekka Kricheldorf

Jusqu’au 15 décembre, Le Poche ouvre sur la saison des fêtes avec «UNE» savouveuse misanthrope. Le texte de Rebekka Kricheldorf féminise le personnage créé par Molière, et déplace l’action dans un monde contemporain des arts, pas moins riche en petits marquis que, naguère, l’entourage du Roi de France. Cette Fraülein Agnès critique d’art, critique des artistes, critique de toutes et de tous, permet à l’auteur de faire étalage d’une verve réjouissante

LEPROGRAMME.CH EST SUR FACEBOOK


leprogramme.ch - facebook
leprogramme.ch - twitter

Les réseaux sociaux, nous on s’en sert pour vous offrir des places de spectacles ! A la Comédie de Genève, au Loup, au Poche, au Théâtre Am Stram Gram, à l’ADC...

Faites-vous légers - Les Amis Musiquethéâtre