Danse

Emmanuel Eggermont | Strange Fruit

| Danse | Contemporaine

Chorégraphie et interprétation: Emmanuel Eggermont

Emmanuel Eggermont présente Strange Fruit, une chorégraphie à découvrir du 22 au 26 janvier 2020 à l’ADC, Genève.

«Les arbres du Sud portent un étrange fruit / Du sang sur les feuilles et du sang aux racines / Des corps noirs se balancent dans la brise du Sud / Fruit étrange suspendu aux peupliers.» Ainsi commence la complainte qu’écrit Abel Meeropol pour témoigner de la banalité quotidienne de la violence raciale aux Etats-Unis dans les années trente.

Popularisée par la chanteuse de jazz Billie Holiday, de multiples reprises lui font traverser le temps jusqu’à nous. Lorsque l’historien Pierre Schill met entre les mains d’Emmanuel Eggermont les archives photographiques récemment trouvées du conflit italo-lybien (1911-12), la chanson lui revient. Tous ces documents deviendront l’objet de Strange Fruit.

Mais que peut la danse contre la violence? «La danse, quand sa prioritéest de révéler le corps, l’espace et le temps, est un médium capable, à partir du corporel, de rejoindre le spirituel. Elle offre la possibilité d’émotions délicates qui ne peuvent s’exprimer par nos mots.» Témoigner autrement, témoigner encore. Se joignant à la poésie, à la musique et à la photographie Emmanuel Eggermont fait entendre la voix du corps.

Sur le plateau tendu de noir, huit panneaux blancs en plâtre accueillent les pas du danseur. Sobrement habillé de bleu, il entre sur une scène comme dans une photographie. Le sol semble de papier, un cercle de lumière blanche au-dessus de lui projette des ombres, d’énigmatiques accessoires jouent d’opacité et de brillance. Il faut beaucoup d’acteurs pour un solo d’une telle intense simplicité.

Dans ce décor que musique et lumière mettent sous tension, son corps grave une épure, élève des architectures, déplace l’espace physique vers des constructions mentales. Strange Fruit ouvre des espaces où Emmanuel Eggermont rassemble histoire, architecture, musique et arts plastiques pour dénoncer la violence. Sans jamais la citer, il éveille en nous des sensations contradictoires, effroyables et fascinantes.


Voir les infos pratiques

Le patinage contemporain, une ode à la glisse


Le patinage contemporain, une ode à la glisse

Il y a une vie après Holiday On Ice. Du 17 au 19 décembre à la patinoire des Vergers à Meyrin, l’équipe du Patin Libre le prouve sur l’invitation du Théâtre Forum Meyrin. Threshold (Seuil), le dernier spectacle en date de la compagnie québécoise, permet de découvrir ce que ses créateurs ont baptisé le patinage contemporain. Pour tout public dès 6 ans.

Othello monte sur le ring


Othello monte sur le ring

Du 11 au 18 décembre, le Théâtre du Loup accueille I am not what I am. Cette retransposition de l’Othello de William Shakespeare proposée par le Rust Roest Kollectif replace l’action de la tragédie dans un vestiaire de boxe. Othello vient de remporter un combat. Son ex-entraîneur Iago, congédié va déchaîner sa haine. Il faut se préparer à prendre des coups.

Un conte cubiste pour les enfants


Un conte cubiste pour les enfants

Le monde est rond est le seul texte de Gertrude Stein à avoir été écrit spécifiquement pour les enfants. Il s’agit d’une sorte de conte cubiste où l’auteur joue avec les mots comme un peintre avec des couleurs, en se laissant porter par leur musicalité. Fascinée par ce texte, Eveline Murenbeeld le met en scène au Théâtre Saint-Gervais, du 6 au 15 décembre. Dès 8 ans.

Les Indes Galantes sur le chemin de la guerre


Les Indes Galantes sur le chemin de la guerre

Du 13 au 29 décembre, le Grand Théâtre de Genève invite au voyage avec Les Indes galantes, un opéra-ballet de Jean-Philippe Rameau dans une mise en scène de Lydia Steier. Avec cette œuvre où la danse et la voix sont à parité quasi complète, le Grand Théâtre inaugure une nouvelle ère de collaboration entre sa scène lyrique et sa compagnie de ballet.

La Misanthrope de Rebekka Kricheldorf


La Misanthrope de Rebekka Kricheldorf

Jusqu’au 15 décembre, Le Poche ouvre sur la saison des fêtes avec «UNE» savouveuse misanthrope. Le texte de Rebekka Kricheldorf féminise le personnage créé par Molière, et déplace l’action dans un monde contemporain des arts, pas moins riche en petits marquis que, naguère, l’entourage du Roi de France. Cette Fraülein Agnès critique d’art, critique des artistes, critique de toutes et de tous, permet à l’auteur de faire étalage d’une verve réjouissante

LEPROGRAMME.CH EST SUR FACEBOOK


leprogramme.ch - facebook
leprogramme.ch - twitter

Les réseaux sociaux, nous on s’en sert pour vous offrir des places de spectacles ! A la Comédie de Genève, au Loup, au Poche, au Théâtre Am Stram Gram, à l’ADC...

Faites-vous légers - Les Amis Musiquethéâtre