Musique

WAGNER IDYLLE | HEM - Ose!

| Musique | Opéra / Opérette | Contemporaine

Petra Lang, Isolde/ Brünnhilde - Torsten Kerl, Tristan/ Siegfried - Marion Grange, Brangäne - Hae Sun Kang, violon
Daniel Kawka, direction musicale

Wagner Idylle, la HEM et l'orchestre Ose! interprètent des oeuvres de Richard Wagner et Michael Jarrell, à découvrir le 6 novembre au Victoria Hall, Genève, dans le cadre du Léman Lyriques Festival.

L’expérience de l’homme et de l’artiste Richard Wagner plongé au cœur des passions humaines, telle est l’aventure à laquelle nous convie le compositeur à travers le duo d’amour de Tristan et Isolde, transposant le mythe médiéval, le vivifiant des feux de ses propres passions.

Intimité, élans, en vagues déferlantes d’émotions amoureuses, cet hymne à la nuit et à l’amour trouve son écho immédiat à travers le faisceau de sentiments qui étreint cet autre couple mythique, Brünnhilde et Siegfried: réveil au monde, salut au jour, salut à la vie, éveil, réveil à l’autre et à l’amour.

Ce premier concert symphonique livre quelques clés de la mise en perspective des œuvres : deux destinées, deux couples d’amants voués à une disparition tragique. Wagner a ainsi exploré à travers sa propre expérience, espoirs et désespoirs amoureux, le spectre des passions humaines, le duo de Tristan et Isolde s’achève dans la rupture, démasqués, celui de Siegfried et Brunnhilde par l’oraison amoureuse.

Entre les deux, un intermède: Des nuages et des brouillards de Michael Jarrell pour violon et orchestre. La voix du violon solo vient ainsi créer, après la rupture violente du duo et l’attente haletante d’une suite que l’on connait et qui ne viendra pas, un autre temps, une autre motricité.

L’œuvre débute cependant avec la même puissance que celle qui termine le duo, par un glissement de style, mais pas d’expressivité: véhémence, accalmie, mystère, lyrisme, le violon hypnotise, capte les émotions du public pour les commuer en ne écoute, ne perception, au cœur de la matière du son, un dialogue de l’ombre double.

A travers Des nuages et des brouillards le violon n’est que l’ombre portée des duos vocaux, monologuant, dialoguant avec l’orchestre. Le lyrisme véhément ou intime, inspire chaque note, chaque son, chaque phrase.

__ Programme:
R. Wagner: Tristan & Isolde, extraits de l’acte II
M. Jarrell: Des nuages et des brouillards
R. Wagner: Siegfried, extraits de l’acte III


Voir les infos pratiques
Le Corps infini - Amis MusiquetheatreMahabharata - TMG