Musique

Pelléas et Mélisande | Drame lyrique de Claude Debussy

| Musique | Opéra / Opérette

Chœur du Grand Théâtre de Genève - Orchestre de la Suisse Romande - Danseurs de la compagnie Eastman
Jonathan Nott, direction musicale - Damien Jalet & Sidi Larbi Cherkaoui, mise en scène et chorégraphie - Marina Abramović, scènographie

CRISE COVID-19 - LE SPECTACLE SERA DIFFUSÉ EN DIRECT LE 18 JANVIER 2021 SUR GRAND THÉÂTRE DIGITAL, ET PLAY RTS.

Les représentations publiques initialement prévues sont annulées.


Extrait du Communiqué du Grand Théâtre:
"Pandémie oblige, la production de ce « drame lyrique » sera donnée dans un format spécial, à savoir uniquement en diffusion, en direct sur GTG digital et le Play de la RTS le 18 janvier (date prévue pour la première publique), puis sur la plateforme de streaming Opera Vision dès le 19 février et enfin sur RTS TV (date à fixer). La fosse est aussi en format spécial, puisque l’orchestre s’étend au parterre, avec 6 rangées de fauteuils supprimées dans une salle vidée de ses spectateurs, pour laisser les musiciens de l’Orchestre de la Suisse Romande (OSR) et le chef Jonathan Nott jouer à bonne distance sanitaire."



Perdu dans une forêt, Golaud rencontre une jeune fille mystérieuse pleurant au bord d’une fontaine. Elle a fui ceux qui lui faisaient du mal et elle s’appelle Mélisande.

Golaud la persuade de l’épouser et de venir avec lui en Allemonde, où son père le roi Arkel les accueille dans son sombre château. Misère et famine règnent en Allemonde mais au château les choses essentielles sont gardées sous silence. Ses habitantes et habitants sont la proie de traumatismes et de désirs refoulés. Il n’y a qu’avec Pelléas, le demi-frère de Golaud, que Mélisande se retrouve dans la conscience partagée que l’essentiel n’est pas toujours le visible. Une triangulation fatale se développe entre Mélisande et les deux frères.

Pour ce «Drame lyrique» éminemment symboliste, le Grand Théâtre rassemble cette équipe d’exception autour d’une production créée en 2018 à l’Opera Vlaanderen en co-production avec le Grand Théâtre. Véritables forces créatives, la figure emblématique de l’art performance Marina Abramović signe la scénographie cristalline de ce Pelléas et Mélisande, avec Sidi Larbi Cherkaoui et Damien Jalet à la mise en scène et chorégraphie mais aussi l’art vidéo du plasticien et réalisateur Marco Brambilla et les costumes spectaculaires de la designer de haute couture Iris Van Herpen.

Ensemble, l’équipe de choc réinvente l’opéra symboliste en fable onirique, surréaliste, picturale, intrigante et cosmique.

Pandémie oblige, la production sera donnée en format spécial, avec une captation autour de la date de la première prévue le 18 janvier, en collaboration de la Radio Télévision Suisse (RTS) pour une diffusion multi-supports. En fosse, format spécial aussi, puisque la fosse d’orchestre s’étend au parterre, avec 6 rangées de fauteuils supprimées, pour laisser les musiciens de l’Orchestre de la Suisse Romande (OSR) sous la baguette de son directeur artistique Jonathan Nott jouer à bonne distance.

 

L’unique opéra de Debussy tiré de Maeterlinck sera joué par une des meilleures formations pour ce répertoire, l’OSR dirigé par une référence du domaine, son chef titulaire Jonathan Nott. Il s’inscrira dans la lignée du tutélaire fondateur du Romand, Ernest Ansermet, qui a dirigé l’œuvre au Grand Théâtre en 1946, 1950, 1952 et 1963.

 

Loin du vérisme et du réalisme italiens, l’opéra de Debussy fait entrer la psychanalyse freudienne, entre inconscient et interprétation des rêves, où l’inexprimé prend une place centrale et se reflète au travers des symboles.

Incapable de déchiffrer le regard de son épouse, Golaud en devient fou d’une jalousie qui l’aveugle, alors que l’amour entre elle et Pelléas est invisible et pourtant ressenti. Ces dialogues intimes mêlés à la respiration du monde ajoutent une dimension cosmique, spirituelle. Les énergies rassemblées autour de la production puisent dans ces éléments forts et signifiants pour dessiner un univers aussi intérieur qu’universel, avec l’appui des décors sombres et mystérieux – incarnés par ces cristaux – de Marina Abramović et l’installation vidéo de Marco Brambilla. «Notre conscience s'est entièrement dissociée de nos sources énergétiques ; je veux la restituer.» explique-t-elle.
 

Chanté en français avec surtitres en français et anglais


En relation avec le spectacle: 45 minutes avant chaque représentation, Intropéra

ANNULÉ En relation avec le spectacle: le 14 janvier à 18h30, Apéropéra

ANNULÉ En relation avec le spectacle: le 8 janvier à 18h30, conférence sur l'oeuvre

ANNULÉ En relation avec le spectacle: le 16 janvier, 11h, un atelier de pratique artistique en lien avec Pelléas et Mélisande - Ateliers Publics

ANNULÉ En relation avec le spectacle: le 20 janvier, environ 15 minutes après la représentation, visite en coulisse - En coulisse

 


Voir les infos pratiques
L'OCG - Vivaldi, BeethovenConcert du Dimanche - Contrechamps - Eklelto