Musique

Jasser Haj Youssef - Trio Sira | L'arbre du maqâm

| Musique | Musiques du monde / traditionnelles

Jasser Haj Youssef, viole d'amour
Gaël Cadoux, piano et piano Rhodes
Marc Buronfosse, contrebasse

Jasser Haj Youssef sera en concert à l'Alhambra à Genève le 9 novembre 2018 dans le cadre du Festival Fusions - Quand les musiques s'en mêlent.

Formé à la croisée des musiques d’Orient et d’Occident, esprit libre et curieux de tout ce qui l’entoure, Jasser Haj Youssef a toujours cherché à nourrir son chant d’une multitude de voix.

De Sousse à Paris, des routes de l’Inde à la Turquie, ce musicien d’origine tunisienne, soucieux de suivre l’esprit de la tradition, n’hésite pas à prendre des chemins de traverse, à s’échapper et innover. Sans doute en est-il de même de l’art de jouer les maqâm (modes mélodiques) que certains maîtres arabes comparent à un arbre aux branches multiples mais aux solides racines…

Qu’il compose ou improvise, rien ne semble pouvoir retenir Jasser qui entraîne avec lui les musiciens inventifs de son trio. Merveilleuse aventure dans l’espace et le temps, lorsque la viole baroque, dite "d'amour", chante le maqâm arabe.
 

 
 Autour du concert 

L'amour du Maqâm - Jasser Haj Youssef et Fabrice Contri: discussion avec illustrations musicales de 18h30 à 19h15.

Jasser Haj Youssef a choisi pour s’exprimer, outre le violon, la viole d'amour. La sonorité chaude de cette vièle issue de la tradition baroque occidentale, puissante dans les graves, doucement mélancolique dans les aigus, est souvent comparée à la voix humaine.

Par une merveilleuse intuition, Jasser a su saisir tout ce qui unit historiquement, techniquement et poétiquement cet instrument au monde oriental. Subtile résonance, notamment avec l’univers mélodique du maqâm. C’est de manière fort nuancée qu’il nous initiera à cet art nécessairement… passionnel.


Voir les infos pratiques

EF_Femininity: débat de genre au Grütli


EF_Femininity: débat de genre au Grütli

Enfants, ils se rêvaient filles. Les chorégraphes Marcel Schwald et Chris Leuenberger présentent EF_Femininity les 15 et 16 octobre au Grütli, Centre de production et de diffusion des Arts vivants à Genève, un spectacle créé avec la journaliste Shilok Mukkati, l’artiste performeuse Living Smile Vidya et la chorégraphe Diya Naidu, trois activistes indiennes pour la reconnaissance de leur propre féminité.

La douceur des chambres froides


La douceur des chambres froides

Mourir, dormir, rêver peut-être invite aux pompes funèbres. Pile une visite documentée sur le travail des employés et leur compagnonnage avec les morts, face la découverte de la sensibilité et des questionnements de ces professionnels du passage vers le grand inconnu. Personne avant Denis Maillefer n’avait présenté Charon sous des traits aussi doux. A découvrir pour l’éternité, mais jusqu’au 21 octobre à la Comédie de Genève.

Transrobotisme à Saint-Gervais


Transrobotisme à Saint-Gervais

Guillaume Béguin s’empare de l’intelligence artificielle pour mieux questionner notre monde à travers un spectacle corrosif et drôle intitulé Titre à jamais provisoire, à voir au Théâtre Saint-Gervais à Genève du 11 au 18 octobre. L’auteur a choisi l’absurde de notre présent virtuel pour parler des fondements de la culture, un sujet qui l’anime depuis plusieurs années.

Mais qui sont ces gens?... ces naufragés du zéro G


Mais qui sont ces gens?... ces naufragés du zéro G

Du 5 au 21 octobre, le Théâtre du Loup donne rendez-vous à un groupe d’amies et d’amis qui s’apprête à fêter le Nouvel An à la campagne. Chacun transporte l’élément perturbateur dans son sac ou dans sa poche. La catastrophe couve, et bien davantage lorsque le réseau et l’électricité viennent à manquer. Avec ou sans portable, Mais qui sont ces gens? est un Radeau de la Méduse moderne.

LEPROGRAMME.CH EST SUR FACEBOOK


leprogramme.ch - facebook
leprogramme.ch - twitter

Les réseaux sociaux, nous on s’en sert pour vous offrir des places de spectacles ! A la Comédie de Genève, au Loup, au Poche, au Théâtre Am Stram Gram, à l’ADC...

Théâtre Forum Meyrin - Le Triomphe de l’amourConcours de Geneve 2018