Musique

Hautes écoles de musique de Genève, Lausanne et Lugano | Concerts du dimanche de la Ville de Genève

| Musique | Contemporaine

Emilio Pomàrico, direction

Les élèves des Hautes écoles de musique de Genève, Lausanne et Lugano interprètent Coro, de Luciano Berio, le 5 avril 2020 au Victoria Hall, Genève, dans le cadre des Concerts du dimanche de la Ville de Genève, et du festival Archipel.

Ecrit à un moment de l’histoire de l’Italie où les attentats néofascistes se multiplient, Coro est la réponse de Berio à cette escalade de violence: «si vous voulez, c’est une invitation à être conscient de la violence du moment, la violence fasciste».

A tous les stades de sa vie créatrice, le compositeur n’a cessé de chercher des ponts, des liens, des similitudes, là où il n’y a à première vue que rupture, opposition, éloignement. Coro s’inscrit dans cette recherche à différents niveaux: d’abord dans la fusion du chœur et de l’orchestre, installés dans le même espace, ensuite dans la fusion d’une multitude de techniques vocales, et encore dans celle de la poésie populaire et de la plume de Pablo Neruda.

Comme un symbole, il s’agit pour ce concert également de la réunion des musiciens des hautes écoles de musique de Genève, Lausanne et Lugano.


Voir les infos pratiques

Rendez-vous avec des désastres


Rendez-vous avec des désastres

Mardi 3 mars, au Bâtiment des Forces Motrices, L’Orchestre de Chambre de Genève (L’OCG) interprète Richard Strauss et Ludwig van Beethoven, sous la direction de Gergely Madaras. Le jeune chef d’orchestre hongrois n’est pas un inconnu à Genève. Il dirige cette fois-ci deux chefs-d’oeuvres héroïques et tragiques.

 

Face à Moloch (au bureau)


Face à Moloch (au bureau)

Du 18 février au 1 mars, le Théâtre du Loup invite à se plonger dans l’enfer du travail. Pour rire. Avec Je préférerais mieux pas, l’auteur Rémi de Vos et le metteur en scène Joan Mompart mettent le doigt sur les ravages du soft-power au troisième millénaire.

Aux miroirs de Louise Bourgeois


Aux miroirs de Louise Bourgeois

Pour Louis(e), création autour de la figure de l’artiste Louise Bourgois, Rachel Gordy et Thrisha Leys se sont plongée dans ses journaux intimes, son œuvre... Résultat: un sensible portrait dévoilant des facettes peu connues de l’une des sculptrices et plasticiennes majeures du siècle dernier. A découvrir au Grütli, du 24 février au 8 mars.

Où sont passées les luttes d’antan?


Où sont passées les luttes d’antan?

Que reste-il de la révolution? Avec Manifesto(ns)! un corpus de textes a été confié à Sarah Calcine et Joséphine de Weck, avec mission d’en faire des spectacles. Elles ont cherché des résonances et réalisé deux montages qui se répondraient d’autant mieux qu’ils seraient différents. Leurs réponses composent avec la nostalgie, la tendresse, l’humour. A découvrir du 17 février au 1er mars au POCHE.

LEPROGRAMME.CH EST SUR FACEBOOK


leprogramme.ch - facebook
leprogramme.ch - twitter

Les réseaux sociaux, nous on s’en sert pour vous offrir des places de spectacles ! A la Comédie de Genève, au Loup, au Poche, au Théâtre Am Stram Gram, à l’ADC...

Les beaux jours - Les Amis musiquethéâtreLes Huguenots - Grand Théâtre de GenèveTrisha Leys - Grütli