Musique

Abdullah Ibrahim | Ekaya

| Musique | Jazz / Blues

Abdullah Ibrahim, piano - Lance Bryant, tenor - Andrae Murchison, trombone/trumpet - Marshall McDonald, bari sax - Cleave Guyton, alto sax/flute/clarinet/piccolo - Noah Jackson, bass/cello - Willie Terrill, drums

Abdullah Ibrahim et sa formation Ekaya, à découvrir en concert le 30 janvier 2020 au Victoria Hall, Genève.

La Suisse romande se souvient toujours avec affection des premiers concerts nyonnais de celui que l’on découvrait sous le nom de Dollar Brand dans les années 70.

Mais ce pianiste hors norme, désormais octogénaire, avait entamé sa carrière dans son Afrique du Sud natale dès la moitié des années 50, avant de se faire découvrir en 1962 à l’Africana Club de Zurich par Duke Ellington, à l’instigation de sa femme, la chanteuse Sathima Bea Benjamin.

Duke, en le présentant à la marque de disques Reprise, va largement contribuer à faire démarrer la carrière «américaine» de celui qui se fera désormais appeler Abdullah Ibrahim. Féru de cultures et de métissages, musicien-humaniste avant l’heure, le pianiste-compositeur a su magnifier l’esprit de l’Afrique en réunissant… le meilleur des deux mondes.

Et les différentes éditions d’Ekaya, son groupe fétiche, ont dispensé depuis 1984 la belle parole d’Abdullah sur les plus grandes scènes du globe.


Voir les infos pratiques