Publié le 14/07/2021 à 18:01

L’Apothéose d’Arie van Beek

«Je cherche la cohérence au sein des programmes de soirées. Mon «sport» consiste à trouver des traits d’union entre quelque chose de connu, et quelque chose de pas connu du tout!»

 

L’Orchestre de Chambre de Genève (L’OCG) a lancé sa saison 2021-2022, qui sera la dernière du directeur artistique Arie van Beek. A l’occasion d’une conférence de presse, un bel hommage lui a été rendu par le président du Conseil de Fondation Alain Petitpierre. Pendant 9 ans sous sa direction, L’OCG a pris une dimension qui n’était pas ou plus la sienne auparavant. Cette éclatante réussite se lit dans le succès des concerts auprès du public, dans la connivence avec les musiciens. Tout contribue à la très bonne réputation qui est celle de L’OCG aujourd’hui. «Cela se voit aussi dans l’excellent niveau des candidats à sa succession»!

Pour l’occasion, une petite mise en scène a amené Arie van Beek à répondre aux questions de musiciennes de l’orchestre, qui voulaient savoir sur quelles bases il constituait son programme. «Au début, j’essayais de trouver un fil rouge qui traverse toutes les soirées d’une saison. Quand je suis arrivé à Genève, Frank Martin s’est imposé. Il est né à Genève, et fait donc partie du patrimoine de la ville. Mais il a aussi vécu une bonne moitié de sa vie aux Pays-Bas. Son nom est très connu, sa musique moins. Nous le jouons chaque saison.»

 

Dans les conversations, lorsqu’il est question d’Arie van Beek, la qualité de la programmation des soirées revient très souvent. «Je cherche la cohérence au sein des programmes de soirées. Mais je ne suis pas libre pour autant: il y a le public! Certains disent que le public se déplace pour écouter quelque chose qu’il connaît. Mais il y a aussi ceux qui viennent pour découvrir ce qu’ils ne connaissent pas, pour l’aventure. Donc mon «sport» consiste à trouver des traits d’union entre quelque chose de connu, et quelque chose de pas connu du tout!»

 

 

Il a illustré sa méthode en commentant les sept concerts de soirée que comptera la saison.
Pour le premier, baptisé A vol d’oiseau qui aura lieu le 5 octobre. «J’ai découvert par hasard cette Suite no 2 de Bela Bartok. Tout le monde connaît son Concerto pour orchestre, mais pas cette suite, qui est pourtant une musique géniale. Il faut donc commencer avec cela. Ensuite je prends Bach et le Concerto pour trompette de Haydn, qui est toujours apprécié du public. Et nous terminerons avec Ligeti. C’est un compositeur qui fait peur à tout le monde! Il est très contemporain, très précis. Mais là, nous allons offrir une œuvre de jeunesse – comme celle de Bartok – basée sur les danses roumaines.»

 

Orchestre éparpillé

Pour le second, En mille éclats, le 18 novembre, le directeur a été inspiré par la pandémie et les concerts où, en application des mesures sanitaires, il était nécessaire d’éloigner les musiciens - «Dispersés, nous étions dispersés!». Ce sera le fil rouge de cette soirée qui promet une relation originale entre orchestre et public. Sera notamment jouée une pièce de Charles Ives, The unanswered question. «Il utilise un langage musical qui s’est un peu perdu. Dans cette composition, un orchestre à cordes joue une musique hyper-lente. Selon Ives, c’est la musique des druides, des gens qui ne bougent pas, mais qui savent.. Plus loin, la trompette pose des questions existentielles telles que pourquoi vit-on? Et encore ailleurs, les instruments à vent essaient de trouver des réponses. Et ils s’énervent parce qu’ils n’y arrivent pas.» Ce concert sera dirigé par Catherine Larsen-Maguire.

 

 

Résidence de Jean Rondeau

Ce même programme permettra au public de découvrir le claveciniste Jean Rondeau, qui interprétera notamment le Concerto pour clavecin et petit orchestre de Frank Martin. L’artiste, de renommée mondiale, sera en résidence auprès de L’OCG à l’échelle de la saison, ce qui offrira l’occasion de mieux découvrir cet interprète et pédagogue, à Genève mais aussi à La Chaux-de-Fonds. Un concert est déjà agendé: Jean Rondeau interprétera Les Variations Goldberg de Jean-Sébastien Bach, le 28 mars 2022 au Victoria Hall, dans le cadre de la saison de L’OCG*.

Les oiseaux de Kaija Saariaho

Déjà en 2022, le 1er février, pour le troisième concert, les Ailes du Songes, L’OCG accueillera la flûtiste Juliette Hurel. «C’est une musicienne géniale, que je connais depuis longtemps. Elle est à l’aise dans tous les répertoires. Elle interprétera L’Aile du Songe, un concerto pour flûte et orchestre de Kaija Saariaho. C’est une pièce qui parle des oiseaux, mais pas de leur chant comme Olivier Messiaen. Elle évoque le vol, la relation à l’espace, mais aussi la danse de l’oiseau au sol qui cherche de la nourriture. Comme elle est Finlandaise, il me semblait logique de reprendre aussi la Valse Triste de Sibelius, que tout le monde connaît, et une pièce du répertoire de Mozart, l’Andante en do majeur KV 315».

 

 

Apothéose avec deux orchestres

La saison se poursuivra avec des classiques du répertoire et des compositions moins connues qu’Arie van Beek aime faire découvrir. Ainsi la bien-nommée Moz’art à la Haydn d’Alfred Schnittke partagera le programme du 24 février 2022 avec Mozart et Haydn! Le 5 avril, l’orchestre interprétera des compositrices: Fanny Mendelssohn, Clara Schumann, Lili Boulanger, Alma Mahler et Camille Pépin. Le 3 mai, il offrira au public un Oratorio pour trois voix solistes, chœur et orchestre de Carl Philipp Emanuel Bach, Die Auferstehung und Himmelfahrt Jesu H. 777 «C’est un compositeur qui a un style très personnel, je fais partie de ceux qui adorent cette musique!»

Et le dernier ne pouvait qu’être intitulé L’Apothéose, avec la 9e Symphonie de Beethoven, le 7 juin 2022. «Je dirige, en parallèle à L’OCG, l’Orchestre de Picardie. Comme c’est également la fin de cette collaboration, j’ai choisi de réunir les Picards et les Genevois! Ce sera très agréable de réunir ces deux orchestres derrière ce chef-d’œuvre absolu. Tout le monde va jouer. Dans les années 50 à 70, des orchestres interprétaient déjà certaines œuvres dans une telle configuration.»

 

Vincent Borcard

 

Découvrir la saison de
L’Orchestre de Chambre de Genève (L’OCG)
www.locg.ch

*En cette saison post-pandémie, L’OCG dévoile son programme à un rythme trimestriel. Sa saison complète de Concert de soirée d’abonnement est connue, ainsi que son programme d’été, et le concert de Jean Rondeau au Victoria Hall. Les autres événements – et donc les Quatre heures d’Arie – seront donc prochainement annoncés

Tous nos articles
LEPROGRAMME.CH EST SUR FACEBOOK
leprogramme.ch - facebook
leprogramme.ch - twitter

Les réseaux sociaux, nous on s’en sert pour vous offrir des places de spectacles ! A la Comédie de Genève, au Loup, au Poche, au Théâtre Am Stram Gram, à l’ADC...