Danse

Soirée femmes en danse | Lila Derridj et Maria Tembe

| Danse | Contemporaine

Soirée femmes en danse, deux spectacles de danse par Lila Derridj et Maria Tembe à découvrir au Grütli à Genève le 22 mai dans le cadre de la Biennale des Arts inclusifs - Out of the Box 2019.

Une bouche - Lila Derridj (F)
Durée : 40 minutes
Spectacle dansé et parlé en français avec surtitrage.

C’est l’utopie d’une femme seule sur scène, une femme au corps singulier. Riche d’une double culture algérienne et française, la danseuse-chorégraphe Lila Derridj se questionne sur les formes que revêt le pouvoir dans ce qu’il a de discriminant. Ce spectacle est une ode à tous les possibles du corps. Un cri pour affirmer que l’idée d’un corps « idéal », détruit, divise, exclut et discrimine. Dans cette pièce, la beauté se trouve dans le déséquilibre, et la puissance dans la fragilité. À contrecourant de la vision dominante du corps véhiculée par les médias, ici c’est un corps contorsionné, fragmenté, morcelé, hybride et sexué qui est mis en avant. Une invitation à suivre les mutations d’une créature sensuelle, qui plonge dans ses libertés retrouvées. Lila Derridj est artiste chorégraphe, danseuse, performeuse et architecte. C’est parce qu’elle se déplace en fauteuil roulant que l’architecture l’a menée à la danse. Ses propositions se basent sur une recherche autour de formes chorégraphiques qui lient les arts vivants aux arts plastiques et à l’architecture. Elle a co-écrit plusieurs pièces, interprété diverses chorégraphies ainsi qu’une comédie musicale. Depuis 2003, elle enseigne d’abord la photographie et la vidéo, puis aujourd’hui l’architecture à l’École Nationale Supérieure d’architecture de Paris Belleville.


Solo for Maria - Maria Tembe & Panaibra Gabriel Canda (MOZ)
Durée : 35 minutes
Spectacle dansé et parlé en portugais avec surtitrage français.

Marie est le nom de la Mère de Dieu, le nom d’innombrables femmes, mères, filles, et le nom de la danseuse sur scène. Un nom qui évoque de nombreuses représentations autour de la féminité.
La première partie qui compose la pièce part de propos autobiographiques autour des particularités du corps de la danseuse, et de l’usage « hors normes » qu’elle en fait. Dans la deuxième partie, mise en scène par Panaibra Gabriel Canda, le débat s’ouvre à des thèmes plus universels, tels que les droits de la femme et de l’égalité. Ce solo est un hymne provocant à l’affirmation de soi, une réponse à la violence et à la discrimination créées par la société, ou tout simplement par les singularités du corps. Un dialogue avec le public, d’une intimité intense et implacable.

Maria Domingos Tembe est née à Maputo, Mozambique. Danseuse et comédienne, elle s’est formée à l’Institut de danse contemporaine de l’Université de Montréal. Elle danse dans de nombreuses productions de Panaibra Gabriel Canda et d’autres chorégraphes, au Mozambique, mais aussi dans des tournées internationales.

Panaibra Gabriel Canda est né à Maputo. Formé en danse, théâtre et musique, il fonde en 1998 CulturArte à Maputo et conçoit un programme de formation visant à promouvoir la scène régionale de la danse. Il collabore avec des artistes d’Afrique du Sud et d’Europe dans plusieurs projets internationaux. Plusieurs de ses créations ont tourné dans le monde entier.

Retrouvez le programme complet sur le site du Festival.


Voir les infos pratiques
Comédie Perdre Son Sac