Bérengère Krief, l’humour au féminin

Ni féministe, ni sexiste, Bérengère Krief est juste une femme (humoriste) d’aujourd’hui.

 

Depuis 2009, la Lyonnaise cartonne avec Ma mère, mon chat et Dr House, un spectacle qu’elle a affiné avec le temps et rebaptisé de son nom, consacré en 2015 sur la scène de l’Olympia à Paris. Charismatique, Bérengère se décrit comme «pourvue du physique d’une Barbie et de la voix de GI Joe», un contraste qui fonctionne à merveille lorsqu’elle aborde le sexisme patenté des relations homme-femme du quotidien. Trentenaire, enfant d’Internet et des réseaux sociaux, l'artiste vit avec son temps. Elle a choisi la spontanéité et l’humour anti machiste pour parler de questions existentielles et intimes, sans tabous, avis aux amateurs(-trices) d’autodérision. «Je sais que ça existe, les mecs beaux, intelligents, cultivés. Seulement ils ne s’intéressent pas à moi parce qu’ils sont déjà en couple… avec un autre mec». Elle présentera son spectacle à la Salle du Lignon à Vernier le 21 avril 2017.

 

 

Bérengère Krief, c’est un franc-parler et une franchise qui plaît tant aux hommes qu’aux femmes. Si son spectacle Ma mère, mon chat et Dr House cartonnait déjà à Paris, le grand public la découvre à la télévision en 2011, à travers le rôle de Marla, la copine du héros de la série Bref sur Canal+, Kyan Khojandi. Bérengère Krief ne mâche pas ses mots lorsqu’il est question de sexualité, comme d’égalité. «On a beau être en 2017, il y a des choses que nous les filles on ne peut toujours pas faire, comme manger un concombre entier dans la rue – sans risquer qu’un florilège de métaphores pornographiques ne s’abatte sur nous. Alors que toi t’es juste au régime! Et si tu as le malheur de le tremper dans un yaourt à la grecque, là t’es Jacquie de Jacquie et Michel!». L’humoriste poursuit son sketch: «Aujourd’hui je dirais qu’on est dans "l’égalité/mais". Par exemple, j’ai le droit de manger un concombre dans la rue. Mais il doit être en rondelles. J’ai le droit de travailler. Mais mon salaire sera toujours en soldes: moins 30%. J’ai le droit d’être de mauvaise humeur. Mais je dois sûrement avoir mes règles. J’ai le droit de critiquer les mecs. Mais il y a des chances que je sois une féministe extrémiste extrêmement agressive, voire que j’ai mes règles.»

Loin de ne dispenser que des cours "anti-relou" de la drague, Bérengère parodie les émissions télévisuelles françaises connues comme L’amour est dans le pré de Karine Le Marchand sur M6, se demandant: «Pourquoi a-t-on l’impression d’avoir déjà vu les candidats de L’amour est dans le pré dans Faites entrer l’accusé sur France2?». Les reines du shopping sur M6 et son animatrice Cristina Cordula, que l’humoriste imite à la perfection, en prennent également pour leur grade.

 

D’Elie Kakou à Florence Foresti

Née le 16 avril 1983 à Lyon, Bérengère commence le théâtre à 9 ans et continuera tout au long de sa scolarité. Sa première idole est Elie Kakou, qu’elle adorait imiter, puis Elie Semoun, dont elle refaisait les petites annonces en changeant sa voix pour faire rire ses amis. Enfin, elle se nourrit d’influences féminines comme Axelle Laffont et Florence Foresti, comme elle le confiait au magazine Grazia en 2015: «On m’a souvent dit que je ressemblais à Florence Foresti, mais elle fait elle-même penser à Muriel Robin, qui fait elle-même penser à Jacqueline Maillan, etc., bref on a tous des influences.» Après un DEUG arts du spectacle à l’université Lyon 2 qu’elle obtient en 2003 elle s'inscrit à l'Acting Studio de Lyon et joue dans plusieurs pièces de théâtre dont Le Songe d'une nuit d'été, où elle rencontre Simon Astier avec lequel elle travaillera entre 2008 et 2010 sur la série Hero Corp (rôle de Britney, premier amour du personnage principal). En 2005 elle décide de venir à Paris où elle continue le théâtre en s'inscrivant à l'Académie Oscar Sisto. Elle poursuivra par d'autres écoles telles que Le Cours et L'École du One Man Show.

Elle se rapproche du café-théâtre Le Bout où elle accepte un remplacement dans un spectacle pour enfants. À partir de là, elle entre dans l'équipe du théâtre: elle y tient la caisse le soir mais y interprète également de nombreux spectacles, que ce soit des pièces pour jeune public de Martin Leloup, La princesse au petit pois dans la tête ou Pierre et la princesse ensorcelée, (créée sur mesure pour elle et Yoann Chabaud, son complice des Colocataires, une troupe d’improvisation constituée en 2008 et qui jouera à guichets fermés pendant trois ans), ou des spectacles pour adultes comme Asseyez-vous sur le canapé, j'aiguise mon couteau d’Alexandre Delimoges. Ce dernier, directeur du café-théâtre, lui laisse sa chance en juin 2009, elle joue pour la première fois son one-woman-show intitulé Ma mère, mon chat et Docteur House qui restera deux ans à l’affiche. Très vite, le spectacle séduit et Bérengère Krief se fait remarquer. En juin 2010, elle remporte le prix Jeunes talents Rire et Chansons et participe à de nombreux festivals dont le Montreux Comedy Festival en 2011 et le Marrakech du rire en 2012. Parallèlement, elle joue avec Christine Berrou, Nadia Roz et Anne-Sophie Girard dans Le Connasse Comedy Club.

 

 

De la scène au grand écran

Ma mère, mon chat et Docteur House regroupait au départ des textes de sa composition mais également des textes écrits par Christine Berrou, Jean-Marc Joachim (tous deux auteurs et humoristes) et Julie Dousset. La mise en scène était assurée par Yoann Chabaud. En août 2009, l'humoriste Jérôme Daran lui propose de rencontrer son propre metteur en scène, Grégoire Dey (également auteur pour Nicolas Canteloup et Anthony Kavanagh). Ils réécrivent ensemble le spectacle et le rebaptisent Bérengère Krief qu'elle jouera, en 2012, au Grand Point-Virgule à Paris.

Nommée deux années consécutives aux Globes de Cristal dans la catégorie Meilleur One man show, le spectacle de Bérengère Krief poursuit sa fulgurante ascension, ajoutant toujours plus de dates à sa tournée. Tentée par le cinéma, elle tourne en parallèle aux cotés de Marilou Berry dans le film Joséphine sorti en 2013 et double la voix de l’héroïne du film d’animation Les Croods (2012). Elle joue la colocataire d'André Dussollier dans Adopte un veuf(2016) sous la direction de François Desagnat. Entre théâtre et cinéma, le cœur de Bérengère Krief semble avoir trouvé son équilibre.

 

Alexandra Budde

 

Bérengère Krief sur scène à la Salle du Lignon à Vernier le 21 avril 2017.

Renseignements et réservations au +41 22 306 07 80 ou sur le site www.vernier.ch

Théâtre du Loup - Les Luttes intestinesComédie de Genève - Ca ira (1) Fin de Louis