Agatha Christie mène l’enquête à Saint-Gervais

«Nous avons imaginé ce projet d’écrire des pièces pour les jouer dans les musées et les bibliothèques, à l’image des flashmobs qui s’intègrent à la vie quotidienne dans des lieux publics.»

 

Le Théâtre Saint-Gervais reçoit Claude-Inga Barbey et Doris Ittig dans un diptyque décapant autour de la mythique auteure Agatha Christie et de sa mystérieuse disparition durant onze jours en 1926. Entre humour et émotion, cette création intitulée Agatha Christie, Christmas Pudding / Femme sauvée par un tableau fait la part belle à la littérature dans une première partie et à l’art pictural dans un second tableau. Car si Agatha Christie (Claude-Inga Barbey) sort d’un livre pour faire la vérité sur sa vie, Louise (Doris Ittig), pour trouver des réponses à la sienne, entre dans un musée où sont exposées des toiles de Félix Vallotton.

Femme sauvée par un tableau a été créé en 2016 lors de la Fête du Théâtre, dans la salle Vallotton du Musée d’art et d’histoire de Genève, puis adapté en 2017 dans le cadre de l’exposition Jean Mohr à Saint-Gervais. Agatha Christie, Christmas Pudding a été joué en avant-première cet automne au Musée d’art et d’histoire de Genève dans la salle des antiquités égyptiennes, et au Théâtre 2.21 de Lausanne dans le cadre du festival de polar Lausan’Noir 2017. Après une présentation au bar du Théâtre de la Grenette de Vevey, c’est la première fois que les deux spectacles seront présentés ensemble sur la scène d’un théâtre avant de repartir à la rencontre d’une exposition d’architecture de papier à Meyrin puis d’une exposition d’artisans de quartier à Romont.

 

Agatha Christie (1890-1976) est l'auteure anglo-saxonne la plus lue après William Shakespeare. Son nom est associé à celui de ses deux héros: Hercule Poirot, détective professionnel belge, et Miss Marple, détective amateur. On la surnomme la «Reine du crime», la considérant comme l'un des plus importants et des plus novateurs des écrivains dans le développement du roman policier. Elle a aussi écrit plusieurs romans sentimentaux sous le pseudonyme de Mary Westmacott. En tout, elle a publié 66 romans, 154 nouvelles et 20 pièces de théâtre, toutes traduites dans le monde entier et dont certaines ont été adaptées au cinéma ou à la télévision, dont Le Crime de l’Orient-Express, Dix petits nègres ou encore Mort sur le Nil.

«Enfant j’ai dévoré Agatha Christie, lorsque je l’ai découverte pendant mes vacances annuelles à Porquerolles avec ma tante», raconte Claude-Inga Barbey, avant de poursuivre: «Je les ais relus deux, trois, même quatre fois pour certains. L’univers anglophone me fascine depuis toujours. En 2009, à travers la pièce Infuser une âme, je m’étais frottée à l’auteure britannique Virginia Woolf que j’admire également, à travers laquelle je tissais passé et présent pour rendre compte de l’évolution du monde par le prisme de l’art et de la création. C’est dans cette même perspective que nous avons imaginé ce projet d’écrire des pièces pour les jouer dans les musées et les bibliothèques, à l’image des flashmobs qui s’intègrent à la vie quotidienne dans des lieux publics. Et comme cela faisait longtemps que j’avais envie de faire quelque chose autour d’Agatha Christie, les conditions étaient réunies pour faire la part belle à ce personnage haut en couleurs».

 

 

SUR LE MODE DE LA DOUBLE ENQUÊTE

Le vendredi 3 décembre 1926, Agatha quitte Styles, la maison dans laquelle elle vit avec son premier mari, Archibald Christie, au volant de sa Morris Cowley. Le samedi 4 au matin, la police retrouve la voiture au bord de l’étang de Silent Pool, à plusieurs dizaines de kilomètres, dans le Surrey. La portière est ouverte, et sur le siège avant, le sac à main d’Agatha et son étole de fourrure. Le dimanche 12 décembre on la reconnait dans un hôtel de Harrogate. Lorsque la police se présente à elle aux côtés d’Archibald, elle ne le reconnait pas, mais prétend s’appeler Teresa Neele, nom qui s’avère être le patronyme de la maîtresse de son mari. A-t-elle réellement été atteinte d’amnésie ou s’agissait-il d’une supercherie pour faire grimper les ventes de ses livres en flèche?

Alors qu’Agatha Christie sort d’un livre pour faire la vérité sur cet événement, elle permet à la Louise d’aujourd’hui de découvrir à travers l’art une forme de résilience inédite sur sa propre vie: «L’impunité d’un homme adultère, d’un homme qui refait sa vie après avoir abandonné femme et enfant, est une chose difficile à supporter pour Agatha, comme l’est un amant qui ne s’engage pas vraiment pour ce qui est de Louise. Il y a trois façons de se sortir de la colère ou du chagrin, c’est soit de se faire du mal à soi-même, soit à autrui, soit de s’extraire de ça et de regarder les choses d’un point plus élevé pour essayer de s’en sortir. Si la disparition d’Agatha Christie reste encore à ce jour un mystère qui a donné lieu à plusieurs travaux de thèses, de romans et même d’un film avec Vanessa Redgrave, qu’elle-même a éludé dans son autobiographie parue en 1977, j’ai choisi d’étayer cette thèse car cette femme n’avait, comme armes, que la fiction et la création pour se sortir de cette histoire la tête haute.»

Dans ce spectacle à plusieurs entrées, chacun est amené à se reconnaître avec émoi pour en ressortir plus fort. «Depuis plusieurs années maintenant, humour et émotion sont pour nous indissociables dans la création d’un spectacle. L’humour seul n’est pas une expérience qui se caractérise par son utilité, alors qu’il peut être un préambule délicieux à une émotion plus grande encore».

 

Alexandra Budde

 

Agatha Christie, Christmas Pudding / Femme sauvée par un tableau, deux pièces de Claude-Inga Barbey avec Doris Ittig et Claude-Inga Barbey à voir au Théâtre Saint-Gervais à Genève du 21 novembre au 2 décembre 2017.

Renseignements et réservations au +41.22.908.20.00 ou sur le site du théâtre www.saintgervais.ch

Grand Théâtre de Genève - Le Baron TziganeCatalyse - Concerts Grenadine